Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

Editorial

L’immigration

vendredi 30 juin 2017, par Patrick Desingly


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


Par tradition et par philosophie, la France est un grand pays d’accueil. De toutes les époques, notre pays a connu des vagues d’immigration et la République a su les intégrer.
En Argonne comme ailleurs, fort heureusement, plus rien ne distingue les familles belges souvent flamandes venues reprendre les terres au lendemain de la Grande guerre de 14-18 suite à la grande saignée du monde rural, des immigrés italiens venus reconstruire, du courage des ouvriers polonais dans les fermes et les mines, des Espagnols, des Portugais, bûcherons infatigables. Toutes ces familles, n’en déplaise à certains, sont parfaitement intégrées dans nos mœurs et nos coutumes. Ils sont devenus Français à part entière et fiers de l’être. Incontestablement, la France s’est enrichie de leurs présences. Par-ci par-là, j’entends un langage « Français de pure souche », mais à quoi correspond cette définition que la généalogie peut vite démentir à la recherche de trois ou quatre générations. Mais aujourd’hui, le phénomène d’intégration dans nos banlieues est bien différent ; non pas qu’il s’agisse de populations noires ou maghrébines (n’oublions pas que la France possédait un immense empire colonial et que l’Algérie était jusqu’en 1955 trois départements français). La question qui se pose est tout simplement pratique. Comment vivre ensemble, se retrouver à la même table, partager des loisirs quand on ne mange pas la même chose, qu’on s’habille différemment, quand on n’a pas la même croyance ou simplement les mêmes coutumes. Le sujet est complexe et la solution appartient à nos gouvernants pour mettre sur rail les solutions de bon sens.
La France est un pays laïc, ne l’oublions pas. Aujourd’hui c’est incontestablement plus par la religion que par la politique que les hommes marquent leurs différences et c’est bien dommage.

Le fanatisme, l’extrémisme ne doivent en aucun cas avoir droit de cité dans notre pays. Depuis la révolution la France est une terre d’asile politique et doit le rester comme elle doit combattre l’immigration illégale. Vecteur de toutes les tensions, des rancœurs, des incompréhensions, surtout en cette période en panne de développement économique, de chômage et du commerce de la drogue. Par ailleurs, comment expliquer que nous ayons accepté de gérer les migrants en partance pour l’Angleterre avec toutes ses conséquences ? Il y a sans doute des décisions qui nous échappent et que nous ne comprendrons pas toujours. Sur l’immigration nous entendons tout et son contraire, les extrêmes s’en chargent et dualisent la société, le montant pharaonique des indemnités, les avantages en nature, le droit gratuit de passer le permis de conduire… tout cela pourrait être authentifié à tort ou a raison par l’administration, mais reconnaissons-le modestement, ces immigrants, nous sommes tous bien contents de les rencontrer surtout lorsqu’ils sont médecins.
Demain, que les humanités nous rapprochent, que le bon sens nous fédère, que les lois et devoirs soient respectés par tous ; alors nous pourrons envisager l’avenir plus sereinement sinon un jour nous pourrions dire : lorsque nous étions humains.
Bonne lecture à tous du numéro 75.
Patrick Desingly, Président.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould