Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

La ferme de Beauséjour, 1825-1914.

mardi 20 mai 2008, par Eric Marchal


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


Si la grande guerre a profondément marqué l’histoire de notre nation, elle a particulièrement touché la terre champenoise. Ainsi elle a englouti, sur un espace de 14 000 hectares, cinq villages et deux fermes, définitivement « rayés de la carte », là où s’est installé le camp militaire de Suippes. Seules subsistent quelques traces. Mais le souvenir des 5 villages disparus est maintenu car ils furent, après avoir été administrés par l’état, associés en 1950 à 5 villages rescapés, Tahure à Sommepy,
Ripont à Rouvroy, Perthes-les-Hurlus à Souain, Hurlus à Wargemoulin et Le Mesnil-les Hurlus à Minaucourt.
Par contre, la ferme de Beauséjour, située à quelques kilomètres du restaurant « Le Pont de Marson », rattachée à la Commune de Minaucourt n’a pas vu son nom pérennisé.
Avant la guerre, Beauséjour était à une simple ferme construite en 1825 le long du chemin reliant Minaucourt au Mesnil-les-Hurlus, par François Étienne BRACHET, originaire de ce village. Elle était bien nommée car elle se situait en un lieu accueillant et paisible, abrité du vent du nord par la croupe vallonnée qui descend de la « butte du Mesnil » et qui domine le ruisseau de Marson, aux eaux vives et claires. Le domaine s’étendait sur 600 hectares, implantés sur les communes de Minaucourt et de Mesnil-les-Hurlus. C’était une ferme moderne comportant bergerie, écuries, doté du matériel agricole récent. On y cultivait les céréales et les terres en jachère nourrissaient les nombreux moutons. A cela s’ajoutaient un potager et deux grands vergers, l’un derrière la ferme, et l’autre au-delà du ruisseau. Et puis on y recevait beaucoup, des citadins curieux et aussi des amoureux de la chasse.
En 1860, l’empereur Napoléon III décernait une médaille d’or pour récompenser le caractère exemplaire de cette nouvelle implantation.
La vie s’écoulait paisiblement à Beauséjour et plusieurs familles avaient rejoint le site qui comptait à l’entrée en guerre cinq bâtiments lui conférant la dénomination de hameau.
Et c’est la guerre 12 août 1914, mobilisation générale, 3 août, déclaration de la guerre ... 2 septembre 1914, il faut évacuer, car les échos de la bataille qui se rapprochent annoncent que les Uhlans arrivent. C’est l’invasion et c’est l’exode. La ferme est désertée.
Mais la retraite de la Marne est arrêtée le 14 septembre 1914, et les Allemands campent sur la ligne Souain, Perthes, Le Messin, Hurlus, Beau-Séjour, Massiges. Les combats reprennent, aux premières lueurs du jour, le 7ème régiment d’infanterie, en liaison à droite avec le Corps Colonial engagé sur Massiges, essayait à nouveau d’aborder le Marson. Mais la résistance ennemie s’était organisée. La crête du « Mont de Marson » à peine franchie, les sections de tête du 7ème RI étaient accueillies par une forte fusillade.
Compagnie par compagnie, les troupes françaises, alors qu’elles approchaient du ruisseau, fondaient sous le feu des mitrailleuses et des tirailleurs ennemis abrités dans les tranchées aménagées sur la croupe nord de Beauséjour. Les pertes devenaient sévères, l’attaque était arrêtée. Elle reprenait, de nuit, à 22 heures. Les éléments de quatre régiments y participaient. A nouveau pris sous le feu ennemi, les soldats français ne pouvaient franchir le Marson. Ils commençaient, à leur tour, à creuser le sol sur la rive sud du ruisseau. Ils étaient certainement loin de penser que les combats dans ce secteur de Beauséjour allaient durer quatre longues années.
La ferme sera reprise par les coloniaux, lors de violentes attaques le 26 septembre 1914. Des centaines de « marsouins » seront tués dans les affrontements. Le champ de bataille se rétablira à quelques mètres au-dessus de Beauséjour, face au nord.
Une nouvelle attaque débute le 20 décembre 1914, exécutée par des bataillons des 7ème, 22ème et 33ème R.I.C. La ligne de front progressera au fil des mois par actions de « grignotage », mais les Allemands avaient organisé et fortifié un lacis de tranchées sur la hauteur, à 1500 mètres au nord de cette ferme.
Cette position, formidablement protégée, à laquelle se heurteront les marsouins et fantassins le premier trimestre 1915 sera baptisée « Fortin de Beauséjour ». Ce bastion sera pris et repris 7 fois entre mi-février et mi-mars 1915. Il y règne une incessante guerre des mines souterraines, ainsi que plusieurs assauts à la baïonnette, clairon en tête, particulièrement meurtriers.
Les Allemands reculeront de cette position lors de l’offensive française du 25 septembre 1915.
Durant les premières attaques de septembre-décembre 1914, les maisons et bâtiments du hameau seront mitraillés et bombardés quotidiennement. Seuls quelques pans de mur résisteront. Les violents bombardements du premier trimestre 1915 achèveront la destruction du paisible « Hameau de Beauséjour ». Il faudra attendre la grande offensive française de Champagne du 25 septembre 1915 pour que le secteur et la position du « Fortin de Beauséjour » soient enfin dégagés.
Dès le début de l’année 1915, le long de cette route, sur ce terrain établi en contre-pente par rapport aux arrivées d’obus et de mitrailles ennemies naîtront toutes sortes d’abris souterrains, de « cagnas », de postes de secours, de dépôts de matériel, de munitions, de cuisines, de postes de commandement et des cimetières. Un véritable village, percé de souterrains, qui s’étendra sur deux kilomètres le long du ruisseau Marson.

Répondre à cet article

10 Messages

  • La ferme de Beauséjour, 1825-1914. 11 septembre 2009 18:28, par Le Président du GRM de Vendée

    Très bon document, bien expliqué qui donne des réponses à nos questions, ont reconnait le professionnalisme de l’auteur dans cet exposé

    Félicitations et salutations

    repondre message

    • La ferme de Beauséjour, 1825-1914. 13 novembre 2013 13:29, par Yvette Chartrain-Huenaerts

      Bonjour Monsieur,
      Je vous remercie pour votre texte et photos.
      Cela me fait grand-plaisir, car c’est à la Ferme de Beauséjour que mon grand-père maternel fut blessé le 02/03/1915, atteint à la tête par des schrapnelles, dont je l’ai vu souffrir toute sa vie.
      Yvette Chartrain-Huenaerts

      repondre message

    • La ferme de Beauséjour, 1825-1914. 28 novembre 2014 13:33, par c.descamps

      trés bon document sur la ferme de beauséjour car mon arriére est porté disparus depuis le 10-01-1915 il faisait parti du 127 éme régiment d’infanterie

      repondre message

  • La ferme de Beauséjour, 1825-1914. 11 février 2014 12:36, par cluzeau jean-marc

    Bonjour Monsieur ,
    je suis à la recherche de la sépulture de mon grand oncle
    dont j’ai retrouvé la fiche sur « mémoire des hommes » PIERRE LAUZIN.
    Il est tombé le 25 septembre 1915 à Beauséjour dans la Marne.Il appartenait au 418ème régiment d’infanterie.
    Est-ce bien le lieu ou il serait tombé ?
    Existe t’il un carré militaire ou un cimetière ou je puisse retrouver sa tombe. Nous sommes originaires des Pyrénées atlantiques et je voudrai me recueillir sur sa tombe. Par avance merci de votre réponse affirmative ou non.

    repondre message

    • La ferme de Beauséjour, 1825-1914. 19 février 2014 18:40, par joiris

      il existe un cimetiére militaire a 500m sur la commune de Minaucourt-le Mesnil les Hurlus ou sont regroupés les soldats tombés a Beausejour.heureux de vous rendre ce service ,mon grand pére est tombé en mars 1915 et son corps n’a pas été retrouvé.

      r.joiris

      repondre message

      • La ferme de Beauséjour, 5 mars 1915 28 juin 2014 17:31, par Douliez Marie-Hélène

        je vous écris au sujet de votre message ci-dessus, car mon arrière-grand-père Léon Gabet est mort le 5 mars 1915 à Beauséjour. Il faisait partie du 84ème RI.
        Savez-vous ce qui s’est passé précisément ce jour-là, il y a eu 16 morts au sein de son régiment. Votre grand père faisait-il partie du 84ème RI ?
        Si vous avez des renseignements je suis intéressée pour en avoir car je cherche des informations sur ce jour-là et j’ai du mal à en trouver.
        Merci par avance
        Bien cordialement,

        repondre message

      • La ferme de Beauséjour, 1825-1914. 12 septembre 2014 17:04

        merci
        pour votre réponse

        repondre message

    • La ferme de Beauséjour, 1825-1914. 20 mars 2014 13:46, par B. BRACHET

      Bonjour,
      Il y a de nombreux cimetieres dans la region, dont un a quelques kms de beauséjour,. Il s’agit de celui de minaucourt, dont je vous mets un lien

      Voir en ligne : http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoi...

      repondre message

  • La ferme de Beauséjour, 1825-1914. 12 mars 2014 17:23, par Mme M.-Marie Bénel née Coutelou

    Merci pour cet article...Je le découvre aujourd’hui et je suis très émue : mon grand-oncle Julien Gleizes a disparu tué à Beau-Séjour(Marne) le 5 mars 1915. On n’a jamais retrouvé son corps . Mon arrière grand’Mère a toujours attendu son retour.Il avait 25 ans. Sergent au 81ème régiment d’infanterie. Né le 3 août 1889 à Cette (Sète).Croix de guerre.Ses 3 soeurs ne se sont jamais consolées . Il est devenu pour ma génération d’après-guerre ( 39-45)un mythe que je transmets à mes enfants et petits enfants .Sa photo de beau jeune homme élégant trône sur ma cheminée au milieu des photos de famille . Au Cimetière Marin de Sète nous n’avons qu’une plaque pour nous souvenir sur la tombe de la famille Gleizes dont cette branche a disparu !

    repondre message

  • Bonjour à tous

    En ce qui me concerne, mon arrière grand père, Bastard Alexandre, Marie, Julien 2ème classe dans le 3°régiment d’infanterie coloniale est « mort pour la France » à Beauséjour le 28 février 1915, c’est ma foi tout ce que ce que je sais

    repondre message

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould