Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

Paroles de cuirassiers

samedi 22 juin 2019


Enregistrer au format PDF :Version Pdf


Version imprimable de cet article Version imprimable **



Les Cuirassiers écrivaient, le plus souvent sur les cartes postales. Beaucoup venaient des quatre coins de la France et se retrouvaient en Argonne. Certains parlaient du temps, mauvais évidemment :
« Car nous arrivons aux beaux jours et jusqu’à présent nous avons eu des temps déplorables : encore il gèle dans ce sale pays. »
"Le mauvais temps est revenu, on aurait dit qu’il attendait que l’on revienne pour repleuvoir.


Certains cuirassiers parlaient de la nourriture :
« Emile me dit que vous mangez les lapins pendant que je mange des pommes de terre. Pour le moment je ne me plains pas, la cuisine n’est pas mauvaise et puis il faut bien s’y habituer. »
« J’ai encore du chocolat que je mange le matin avec deux sous de pain que j’achète à la cantine. »
« Car les boches ne tirent pas beaucoup le canon. Je t’envoie deux photographies des châteaux que j’habite. Ils n’ont rien de comparable aux Pervenches. La nourriture est toujours saine et abondante : l’état sanitaire est très bon. »


Un cuirassier avait assisté à un combat aérien :
« J’ai assisté hier à la bataille de deux avions, un taube et un monoplan. Après une fusillade de dix minutes, le taube est venu s’écraser sur le sol pas loin de nous ; jugez de l’état des deux aviateurs, l’appareil avait pris feu. »

La palme de l’humour revient à ce cuirassier :
« Je vous envoie mon château avec ses immenses écuries. Vous pouvez juger si je suis bien logé. Malheureusement je ne mène pas du tout ici une vie de château, je balaie et astique comme un vilain… »

Répondre à cet article


-Nombre de fois où cet article a été vu -
- -