Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

LES ENTREPRISES DU BATIMENT, LES TAILLEURS ET LES SCULPTEURS DE PIERRE DE LA NEUVILLE-AU-PONT

vendredi 27 janvier 2006, par Jean-Claude Léger


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


Le village argonnais de La Neuville-au-Pont est connu pour avoir eu, de tout temps, de très nombreux entrepreneurs du bâtiment. Au milieu du XIXème siècle, nous pouvions compter une grande diversité de professions au service des entreprises : plus de 60 maçons, près de 50 charpentiers, 2 menuisiers, 1 couvreur et 2 tailleurs de pierre.

Des travaux remarquables, parfois sous la conduite d’architectes originaires du village, ont été réalisés dans notre village. Des sculptures plus ou moins modestes décorent de nombreuses maisons de la commune : clef de voûte de fenêtres, de portes, des cartouches aux initiales des propriétaires des belles demeures. La notoriété de ces ouvriers, reconnue aux alentours, s’affiche aussi à Valmy et à Sainte-Ménehould , les professionnels et manouvriers locaux ont réalisé le monument du général Kellermann et l’hôtel de la Caisse d’Épargne de Sainte-Ménehould.

LES CONSTRUCTIONS A LA NEUVILLE-AU-PONT


L’ÉGLISE NOTRE DAME

En 1732 l’église est dans un grand état de délabrement : la moitié de la nef est effondrée depuis 12 ans, l’autre moitié, couverte, à l’air d’une halle. Voici le constat rédigé par Nicolas de Saulx Tavanes, Évêque, Comte de Châlons, lors de sa visite épiscopale (Archives Départementales de la Marne G 122 Folio 27).

Les travaux de reconstruction sont pris en charge par des entrepreneurs neuvillois Jean et François Contenet. La restauration doit être réalisée en un an ; le promoteur du doyenné de Sainte Ménehould, l’abbé Brizevin, curé de Verrières suit les travaux, relève de nombreux manquement à la réalisation des ouvrages. La restauration de l’église ne sera terminée qu’en 1735.
Jean Contenet, adjudicataire du rétablissement de la nef, a dû faire face aux nombreuses remontrances de l’abbé Brizevin malgré cela il a voulu que son oeuvre soit son tombeau. Il fut inhumé dans l’église le 11 mars 1749.
En 1869, est entreprise la reconstruction des voûtes de l’église Notre-Dame ; la soumission est faite , le 11 août 1869, par Marmottin Husson Jean Nicolas, entrepreneur à la Neuville-au-Pont, au prix du devis soit 5.773,26F.
Ce devis fut dressé par M. Jules Marmottin, architecte demeurant à Paris, né dans notre commune, fils de Théodule Eugène Marmottin entrepreneur de la construction de la mairie actuelle de notre village (Archives Départementales de la Marne 2 O 2921). Il rédigea le décompte des travaux de cette reconstruction des voûtes de l’église le 25 mars 1870 ; nous voyons pour les décors :

 Taille de moulures 
 119,22 m à 4,5 F/m 
 Raccords de l’arc du portail 
 5 jours de tailleur à 3,25 F 
 Sculpture de 2 clefs pendantes 
 5 jours de tailleur à 3,25 F 

Ce sont encore des ouvriers du village qui ont fait ces travaux de sculpture.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould