Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

La ligne de chemin de fer Amagne-Lucquy-Revigny.

samedi 19 septembre 2020


Enregistrer au format PDF :Version Pdf


Version imprimable de cet article Version imprimable **



François Delaitre, fidèle lecteur et amoureux des trains, nous a fourni un plan sur la ligne de chemin de fer nommée « Amagne Lucqy à Revigny ». On a toujours dit « Amagne-Lucqy Revigny » sans bien connaître ces deux villes, les deux « bouts » de cette voie ferrée, encore que cette ligne allait au nord jusqu’à Liart.
Elle devait rendre bien des services, la ligne nord-sud, qui permettait aux habitants de Givry de venir à Menou en 26 mn ou à ceux de La Neuville-au-Pont en 8 mn. Elle avait été ouverte jusqu’à Vouziers en 1873, de Vouziers à Challerange en 1878 et jusqu’à Revigny en 1882. Quelle révolution dans les transports !
Deux raisons étaient à l’origine de cette ligne : alimenter les entreprises métallurgiques de la région de Saint-Dizier-Joinville en charbon venant du nord et relier, surtout pour des raisons militaires, le nord avec la ligne Paris-Strasbourg. À la fin du XIXe siècle, de nombreuses lignes, suite à la défaite de 1870, allaient être créées dans le contexte du plan Freycinet (ingénieur Charles Freycinet) : 181 lignes et 8700 km de voies. Le but était de relier toutes les sous-préfectures et même les chefs-lieux de canton.
Dans le bulletin municipal n° 10 de 1971, Bernard Renard a retracé la vie de la gare de Menou et donné un tableau des trafics marchandise : en 1969 arrivaient 3760 tonnes de charbon, venant du nord évidemment.
Les gares de l’Argonne étaient Cernay-en-Dormois, Vienne-la-Ville, La Neuville-au-Pont, Sainte-Ménehould Guise, avant la grande gare et sa liaison avec la ligne Châlons-Verdun. Puis vers le sud, Elise-Daucourt, Givry-en-Argonne.
Mais la plupart des voyageurs de l’omnibus argonnais se souciaient-ils des deux villes qui avaient donné son nom à la ligne ?

Amagne-Lucquy : 725 Aquamagniens. C’était une grande gare et un nœud ferroviaire très important sur la ligne Reims-Charleville. François Delaitre précise : « Avec une grande rotonde et les machines à vapeur (150 C ex-allemandes) en provenance de Lorraine ». Cette commune est située près de Rethel.
Revigny : 2800 Revinéens. C’est une gare sur la ligne Paris-Metz-Strasbourg. C’était aussi un nœud ferroviaire avec la ligne Revigny-Saint Dizier et notre ligne qui passait en Argonne.
Altitude de Amagne 82 m ; Revigny 160 m et la gare de Menou 139 m.

Répondre à cet article


-Nombre de fois où cet article a été vu -
- -