Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

La Bibliothèque de Sainte-Ménehould

dimanche 24 juillet 2005, par David Lalau


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF



Un aperçu des richesses de notre bibliothèque


Ces 6 derniers mois, j’ai été engagé par la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) de Champagne pour réaliser l’inventaire du fonds ancien de la Bibliothèque Municipale de Sainte-Ménehould. Voici donc un petit bilan de cet inventaire.

Tout d’abord une petite définition : qu’est-ce qu’un livre ancien ? C’est, d’après la norme AFNOR Z44-074 de catalogage des monographies anciennes, un livre paru avant 1811. Cependant, par souci pratique, les livres antérieurs à 1811 étant mélangés avec d’autres de dates ultérieures, nous avons décidé en concertation avec Mr DELEMOTTE, le responsable de la bibliothèque, d’inclure dans le fonds ancien tous les livres imprimés jusqu’à la seconde guerre mondiale.

Ensuite, le bilan chiffré : j’ai pu cataloguer 2.859 livres. Le seul bémol étant que les 6 mois impartis ne m’auront pas permis d’inventorier l’intégralité du fonds, puisque pour une estimation initiale de 3.000 livres, nous avons constaté la présence supplémentaire de 4 ou 5 centaines de livres 19ème dans la réserve, ainsi que d’un bon millier de livres 19ème traitant de droit au sein de la Salle des Commissions de la Mairie. Néanmoins, la majorité du travail a été faite, et surtout tous les livres du 18ème et avant ont été traités.

Le plus vieux livre date de 1578, il s’agit des Vies des hommes illustres, grecs et romains, comparées l’une avec l’autre par Plutarque de Chæronée. Second tome.

L’auteur le plus représenté est VOLTAIRE avec pas moins de 178 livres ! On trouve d’ailleurs en nombre d’autres grands représentants des Lumières tels que les philosophes ROUSSEAU (30 livres), d’ALEMBERT (47), DIDEROT (60), le naturaliste Georges Louis Leclerc, Comte de BUFFON (39) ou encore l’historien Charles ROLLIN (73).

Par ailleurs, la recherche préalable des titres que j’allais cataloguer sur le site Internet du CCFR (Catalogue Collectif de la Bibliothèque Nationale de France, regroupant les catalogues de plus de 160 établissements français), a permis de découvrir 3 livres inexistants ailleurs, qui, sous réserve qu’ils ne se trouvent pas dans d’autres bibliothèques privées ou publiques non reliées au CCFR, sont des exemplaires uniques en France.

Cet inventaire s’est révélé intéressant sur plusieurs points. Sur le plan de l’histoire locale d’une part, il a permis de retrouver l’origine de la provenance de beaucoup de livres, au moyen des ex-libris. Ainsi il apparaît que 5 personnes ont largement contribué à la constitution du fonds ancien de la bibliothèque municipale :
- RENART, juge au tribunal de Sainte-Ménehould (qui possède encore une rue jouxtant la mairie à son nom), dont il est amusant de suivre la progression professionnelle au travers de ses ex-libris et ex-dono, de son « 1er Prix de vers français première année de Belles lettres 1809 » (au lycée de Reims) à son poste d’ « avocat [en] 1816 » en passant par celui de « substitut à Rethel (1821) », de « Juge [à] Charleville [en] 1824 » pour aboutir plus tard au poste de « juge à Sainte-Ménehould »,
- Camille MARGAINE, maire de Sainte-Ménehould dans la seconde moitié du 19ème siècle,
- BUIRETTE, chirurgien ménéhildien du 18ème siècle,
- Jean MAUGIN, probablement originaire de la cité, qui est par ailleurs l’auteur de Mélanges de littérature (1838) tiré sur les presses de l’imprimeur ménéhildien POIGNÉE-DARNAULD.
Imprimeur dont nous avons pu découvrir en tout 9 ouvrages publiés par ses soins, tout comme nous en avons trouvé 3 imprimés par un autre imprimeur ménéhildien : Georges DUVAL. Il s’agit de 3 Histoire de la ville de Sainte-Ménehould et de ses environs (1882) de Claude BUIRETTE.
- et enfin Pierre COLLET, à l’origine de la présence des Bulletins de la Société géologique de France (de 1879 à 1914) à laquelle il appartenait, ainsi que de la vingtaine de volumes de la Paléontologie française du zoologiste Alcide Dessalines d’ORBIGNY. C’est par ailleurs lui qui a légué le riche fonds paléontologique du musée.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould