Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

MENSONGE D’AMOUR DANS LE MARBRE

vendredi 22 juillet 2005, par François Duboisy


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


Celui qui emprunte la route qui joint Vienne-la-Ville à Vienne-le-Château remarque, sur le côté gauche de la route, une grande stèle de granit qui souhaite perpétuer le souvenir de la Résistance en Argonne, lors de la seconde guerre mondiale. Sans pour autant rabaisser le courage de ceux qui, au péril de leur vie, ont pris le maquis, il faut préciser que pour l’essentiel, la Résistance argonnaise fut tardive (après le débarquement) et d’une ampleur limitée.
Sur ce monument est inscrit le nom de tous les Résistants, ceux qui sont morts pour la France, puis ceux de tous les autres, au fur et à mesure qu’ils quittent le monde, avec la mention mort après la libération.

Cette érection est due à Madame Noizet, ex Chanteraine, qui a créé l’association « ceux de la Résistance d’Argonne ». Or, dans la première liste, à côté d’hommes morts pour faits de Résistance (Lemaire, Dubreuil, …) et même devant, sans respect de l’ordre alphabétique, on trouve :
« A. Noizet, responsable du secteur Argonne ».
Il s’agit là d’un mensonge dont nous ferons porter la responsabilité à sa seconde femme, car André Noizet n’est en rien mort pour la France. Rétablissons la vérité. Cet assureur ménéhildien entre dans la Résistance en 1942. Il sera dénoncé en 1944, emprisonné à Compiègne et déporté à Dachau. Il en reviendra très diminué. Mais il reprend vite goût à la vie. En 1945, il est élu conseiller général du canton de Sainte-Ménehould et il sera réélu en 1949.
En 1950, il va quitter subitement sa ville, sa femme et ses enfants pour suivre en Bretagne Madame Chanteraine, qui deviendra sa seconde épouse. En 1964, il s’installe avec elle dans notre département, à Nanteuil la Fosse. Il fermera les yeux en 1974, vingt-neuf ans après la sortie des camps.
Une telle falsification apporte de l’eau au moulin à ceux qui disent que Christiane Chanteraine n’est pas toujours crédible dans la narration de son action de Résistante. Nous nous garderons bien de juger, préférant reprendre le conseil que donnent les enseignants à leurs élèves : « ce qui est écrit dans les livres (ici gravé dans la pierre) n’est pas toujours vérité.

Mort, mais encore bon pêcheur !
A. NOIZET au concours de la Rossette, après guerre.


Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould