Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

C’était il y a 100 ans.

Quand les publicités étaient vraiment spéciales…

jeudi 23 novembre 2006, par John Jussy


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


Les publicités inondent nos boîtes aux lettres, notre radio ou notre petit écran. Elles sont parfois amusantes. Et pourtant, au début du XXème siècle, elles n’étaient vraiment pas comme les autres… La lecture des pages de « La revue de la Marne » nous donne quelques exemples étonnants ou savoureux…

Voici l’encart publicitaire d’un dentiste :

J. M BLONDEEL
Chirurgien dentiste, breveté de S. M. le roi des Belges.
Médaille d’argent
PLOMBAGE- OBTURATIOIN- AURIFICATION
Dents et dentiers de tous systèmes.
RESTAURATION DES PIECES MAL EXECUTEES PAR MES CONFRERES
PRIX MODERES
Visible à Sainte-Ménehould le 8 et le 24 de chaque mois, Hôtel Saint Nicolas.


Déjà, le dentiste qui officie à l’Hôtel Saint Nicolas ne devait pas disposer d’un grand matériel ! Et ce docteur se propose aussi de refaire le travail mal exécuté par ses confrères…une réclame qui, aujourd’hui serait sans doute mal appréciée.
Etonnant par les produits proposés, c’est la publicité d’un patron bandagiste-orthopédiste breveté de Verdun :

Il précise qu’il ne se rendra à domicile que pour des cas très sérieux certifiés par Mrs les docteurs. Voici ce qu’il propose : appareils mécaniques pour pieds-bots, corsets, redresseurs de taille, de l’omoplate, ceintures ventrières pour dames, bas pour varices, pessaires pour descentes de matrices, etc…etc.

Mais la médaille de l’humour reviendra à une publicité Géraudel :
Un titre, un dessin où l’on voit la même personne ( la belle mère) d’abord acariâtre, puis souriante, un poème en 8 lignes, un texte, une conclusion et les adresses de 2 pharmacies. La mode à cette époque était aux poésies, mais celle-ci est vraiment savoureuse…

A TOUS CEUX QUI ONT UNE BELLE-MERE
Ma belle mère fut 18 ans constipée
Et pendant 18 ans ce monstre bilieux
De sa triste figure, affreusement crispée
Sinistre cauchemar, épouvanta mes yeux.
O miracle ! aujourd’hui sa figure adorable
Tenterait le pinceau de quelque Raphaël :
Chère belle- maman, comme elle a l’air aimable
Depuis qu’elle prend la poudre Géraudel
.


O. Boneur.

Finies les légendes sur les belles mères acariâtres, supprimés les procès d’incompatibilités d’humeur. Le calme et l’harmonie vont régner dans tous les ménages. Les gendres ou les belle-filles qui se plaindront n’auront plus aucune excuse à invoquer car on pourra toujours leur opposer l’attestation véridique ci-dessus du poète déliquescent bien connu qui l’a signée. Et quelle commodité : le contenu d’un petit sachet de Poudre Géraudel dans un verre d’eau avant le déjeuner. Comme goût, exactement de l’eau sucrée. On peut donc la faire prendre par surprise et sans prévenir. Quant à l’effet, merveilleux et sans coliques. Le coffret de 1 fr 25 contenant cinq doses suffit pour un mois. Dans toutes les pharmacies ou franco poste en s’adressant à Géraudel, à Sainte Ménehould. On obtient un résultat extraordinaire :

UNE BELLE-MERE AGREABLE POUR VING-CINQ SOUS PAR MOIS
Dépôt : à Sainte Ménehould, pharmacie JOUSSET
à Châlons sur Marne, pharmacie BARRE, 1 rue de Vaux.


Tout étonnant aussi le conseil de faire prendre la poudre par surprise…Cette publicité a dû être efficace car, on le sait, Arthur Géraudel a fait fortune…

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould