Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

IDYLLE MENEHILDIENNE

mercredi 22 octobre 2003, par DEDCOQ


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


C’était la mode, en cette période d’avant guerre (la seconde) de trousser des vers en y dissimulant le nom des gloires locales bien souvent, nationales parfois. L’exercice engendrait un texte souvent lourd, parfois grivois où l’on essayait, en respectant longueur des vers et les rimes, de dissimuler le maximum de noms propres.

Voici la copie rendue par un dénommé DEDCOQ, concernant notabilités et commerçants des années vingt. A vous de les découvrir. On vous a un peu aidé, tout d’abord en faisant ressortir les noms par une calligraphie particulière et puis en vous donnant l’identité de dix-sept citoyens dissimulés. A vous de trouver les autres. Un abonnement gratuit à celui qui en trouvera le plus grand nombre. En vous reportant à des articles parus dans les numéros 12 et 19, ce devrait être chose aisée.

Mon Gentil pèr’, c’est fait, j’ai rompu le mariage

Que j’t’avais annoncé il y a quelques temps,

Ma belle était Jolye, mais hélas son grand âge

L’avait un peu fanée, Soutif étaient Toublan,

Mon pauvr’ cœur est Séret quand je pens’ tout en fièvre,

Que c’est au bois d’Verrière, à l’époqu’ des Moisson

Que je vis mon Angèle, agile comm’ Lelièvre

Au nez un peu Pointud, mais aux beaux seins Touron.


Marchand à côté d’ell’, je luis dis : Mad’moiselle,

Vous avez l’air Destrait…e ; Henry ant ell’ m’ répond :

« Je Toussaint peu, j’voudrais des pastill’s Géraudel…e

Jaunet pu en ach’ter, n’ayant pas de Pougnon.

Hélas, j’suis dans la Gén in peu, cela est moche.

Pabst, fis-je, ma charmant’, faut pas vous désoler.

J’possèd’ de Laur ent tas et lui montrant mes poches

Pour bien la persuader, fortement je Lescouet.


Pour un peu de Billon, nous allons ma jolie,

Déjeuner, voulez-vous, y a du Lar chet l’bistro

Et du Colin superbe, un Beau-Jard quelle envie

Comm’dessert, un fromage Aubry un bon morceau

Mangin peu, il le faut, ça met le cœur en fête

Mais je fus vit’ grisé par l’bon vin du Vigneron

Legay soleil d’été me fit perdre la tête

Hecquet qu’tu veux mon pèr’, j’n’avais plus Malraison !


Je lui pris un baiser, assis au pied Delarbre,

Gar-in peu qu’ell’ me dit, il faut bien Mauchauffé.

Aumignon, j’vous préviens, je suis comme le marbre

Du fruit défendu, Gérard rement abusé !

J’la conduisis chez moi et montant dans Lachambre

Comme à la queue Leleux par derrièr’ j’la suivis

Ell’ Levet son jupon et je vis couleur d’ambre

Ses Baquet l’avait mis faisaient beaucoup de Ply.


Puis je pris dans mes bras Leblanc corps de ma belle

J’Lendormi sur mon cœur, ell’ se mit à s’pâmer !

V’là qu’ell’ Person sang-froid, alors sur la Donzelle

J’Lancelot qu’était près d’moi, vite ell’ fut Reveillé

J’aurais pu être heureux, Mainon la s’main’ dernière

J’Hucher de ma détresse, quand un Martin je vis

Qu’ Jave lot mal partout, hélas quelle misère

La ross’ m’avait foutu la danse Desingly.

°

°°

BAQUET, café rue ChanzyLESCOUET, charcutier
BILLON, propriétaire de la maison closeMARCHAND, notaire
COLIN, responsable usine des eauxMAUCHAUFFE, garagiste
DESINGLY, vélos et bric à bracPERSON, correspondant SNCF
HECQUET, assureurPOUGNAN, maire
JAVELOT, boulangerREVEILLE, café avenue Victor Hugo
LANCELOT, plombierSERET, commerçant rue Chanzy
LEGAY, marchand de chaussuresTOURON, location de calèches
LENDORMI, vendeuse petit bazar

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould