Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

LA VIERGE NOIRE DE NOIRLIEU

vendredi 16 janvier 2004, par Nicole Gérardot


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


C’était par une douce soirée de juillet. On perronait. Oh ! Ne vous précipitez pas sur votre dictionnaire pour chercher ce verbe, vous ne trouverez que le mot perron. Peut-être n’emploie-t-on ce verbe que dans la région ? Il veut dire s’installer, à la tombée de la nuit, devant sa maison, avec des voisins. Donc, nous perronions, et la conversation s’étiolait. On avait bien parlé de la pluie et du beau temps, médit sur le maire, l’instituteur, le cantonnier et moi, je m’étais évadée par la pensée, quand je fus à nouveau intéressée par ce que j’entendis :

- Moi, disait une mamie, je me souviens, quand j’étais petite, pendant le mois de Marie, nous coupions des branches d’aubépine et nous allions chanter de maison en maison : « voici le mois de mai, qui vient vous saluer, en s’en allant aux champs… »

- Moi, dit une autre, au mois de mai, certains soirs, nous devions aller à la prière. Alors souvent, pour nous distraire, nous lâchions, discrètement, un ou deux hannetons que nous avions mis pour cet effet dans une boîte d’allumettes.

- Moi, je me souviens, dit une troisième, à Sainte-Ménehould, au mois de mai, on sortait la statue de la Vierge et on l’emmenait chaque jour dans une maison différente.

- Mais, dit une quatrième, à Noirlieu, il y a une coutume qui dure encore. Chaque famille accueille pendant un mois la statue de la Vierge Noire, puis la donne à ses voisins.

J’étais tout à fait intéressée par cette coutume. J’essayais d’en savoir davantage, mais cette mamie ne savait rien de plus et puis, il se faisait tard, la température fraîchissait, il était l’heure de rentrer.

Intriguée par cette Vierge Noire, je me suis adressée à Madame PERINET, Maire de la commune, qui, aimablement, m’a confirmé ce que l’on m’avait dit, et m’a raconté ce qu’elle savait. On ne connaît pas l’origine de cette Vierge Noire dans le village.

Mais, vers les années 1945-46, lors du passage du pèlerinage de la Vierge de Boulogne dans la région, le curé de Noirlieu a eu l’idée de sortir la statue de l’église. Autrefois, le passage de maison en maison se faisait suivant un cérémonial. Les enfants de chœur et le prêtre accompagnaient la statue dans chaque foyer. Une messe était alors dite pour les défunts de cette famille.

Aujourd’hui, il n’y a plus de prêtre dans la commune et plus de cérémonial, mais la coutume perdure et peu de familles refusent de recevoir la Vierge Noire.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould