Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

EN FORET D’ARGONNE

Etre né quelque part...

(chanson de maxime Le Forestier)

mardi 26 mars 2002, par Nicole Gérardot


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


---------Mais où donc est née Yvette JACQUOT ? A Hong-Kong, à Tamuaraset, à Tataouine ? Non, Yvette est née dans la forêt. Vous avez bien lu. Yvette est née dans la forêt de Trois-Fontaines, en plein hiver, le 18 décembre 1931.
---------Comme elle le raconte, ses parents étaient bûcherons. Tous les ans, début octobre, ils quittaient le village de la Grange-aux-Bois, pour vivre dans la forêt, jusque début mai. Ils rentraient pour la fête patronale.
---------Ils s’installaient dans une clairière, tout près d’une source, avec deux ou trois autres couples. Ils vivaient dans une cabane bien chauffée par un poêle à bois. La mère aidait le père, elle tirait le passe-partout et faisait des fagots.
---------Yvette se souvient de son petit lit, qui était, en fait, une caisse en bois sur quatre roues, de sa poupée faite d’un morceau de bois et habillée de chiffons. Elle se souvient aussi de la soupe au lard et des harengs salés achetés en tonneau de cinq kilos et qu’il fallait faire dessaler la veille.
---------Suzanne, une amie plus âgée complète ce tableau :
---------« Je me souviens, dit-elle, lorsque les bûcherons passaient dans le village, pour gagner la forêt. Sur les charrettes, ils emmenaient avec eux quelques pièces de mobilier, des provisions, leurs poules et leurs lapins.
---------Nous avions des cousins bûcherons et nous allions leur rendre visite. Recouverte de papier goudronné, tapissée de nombreuses couches de journaux qui l’isolaient du froid, leur cabane était tout de même confortable.
---------C’était un plaisir de s’enfoncer dans un bon lit de plume recouvert d’un édredon bien chaud. »
---------Jusqu’à une dizaine d’années, Yvette a passé ainsi ses hivers. Pour aller à l’école, elle devait souvent parcourir au moins trois kilomètres à pied.
---------Après l’hiver passé dans les bois, les parents d’Yvette devenaient cueilleurs : de cerises à la Grange-aux-Bois, de mirabelles dans la région de Nancy, puis de pommes, suivant le cycle de la nature.
---------Mariés depuis soixante-dix et âgés de quatre-vingt onze et quatre-vingt neuf ans, ils vivent maintenant une retraite bien méritée à la Grange-aux-Bois.
---------Peut-être d’autres Argonnais sont-ils nés, eux aussi, dans la forêt ?

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould