Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

A l’occasion d’une renaissance longtemps attendue…

(Sources Gérard Mourlet)

mercredi 24 juin 2009, par Monique Parmentier-Speck


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


« Second testament de Me Viard-Morel, écrit et signé à Sainte-Ménehould le 8 août 1902 »

---------"Je donne et lègue à la ville de Sainte-Ménehould ma maison, place de l’Hôtel de ville, avec le petit jardin y attenant, pour faire un musée. A cet effet, je lui donne et lègue un commencement de collection dont je donne le détail sur une feuille à part et un capital nécessaire pour acheter un titre de 1000 f de rente française trois pour cent et ce pour l’aider à entretenir et au besoin embellir l’immeuble, mais je ne veux aucune autre affectation pour ma maison, ni salle des fêtes, ni salle de concert, ni logement pour militaires.
---------Je donne et lègue à la Fabrique de l’église de Sainte-Ménehould le capital nécessaire pour acheter un titre de 1000 f de rente française trois pour cent, les arrérages de cette rente seront employés à célébrer deux messes basses par mois publiées en chaire le dimanche qui précède, à restaurer, embellir et consolider ma chapelle, des fleurs devront y être déposées, en été elles seront naturelles, en hiver artificielles, couronnes, croix, bouquets, etc…
---------Je fixe comme suit les dates où elles devront être déposées, jours anniversaires des décès, 2 mai, 14 décembre, 25 février et le jour anniversaire de ma mort. Le 1er novembre, le jour de Pâques et le jour de l’Assomption. Tous les samedis, la chapelle devra être nettoyée et, lorsque le besoin s’en fera sentir, j’exige que les ornements soient renouvelés, nappes d’autel, flambeaux, vases, christ, etc… J’insiste sur ce point, mes parents ni les parents de mon mari, qui ont déjà hérité, ne déposant jamais une fleur dans cette modeste chapelle. Il sera donné 6 francs par mois au sacristain ou la sacristine qui entretiendra ma chapelle et les tombes voisines m’appartenant."
---------« Ecrit, daté et signé de ma main à Sainte-Ménehould le 8 août 1902. »

------------------------------------------------------------Signé Veuve Viard-Morel.

---------Il est intéressant d’ajouter à ce document qu’en 1932, Mme Elisabeth Bardon, née Lemaire de Ribeaux à Sainte-Ménehould en 1894, est venue plusieurs fois à Menou vérifier l’application du legs. Sans succès.
---------Les années passant, la seconde guerre mondiale ayant, par nécessité, affecté le bâtiment à toutes autres fins qu’un musée, la patience de Mme Bardon s’usant, elle adressa, en janvier 1966, un courrier recommandé à Monsieur le Maire de Sainte- Ménehould, lui accordant encore un an de délai, au-delà duquel elle serait « au regret de poursuivre la ville de Sainte-Ménehould en annulation de legs. »

Patience et longueur de temps…


Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould