Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

LE COURRIER DES LECTEURS

vendredi 17 novembre 2000


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


---------Bravo pour l’article sur les « MARGAINE », dont j’ai un peu de sang, puisque ma mère en descend et c’est son nom de jeune fille.
---------Le Député Alfred MARGAINE est venu à la maison, chez mes parents à Châlons-sur-Marne, peu avant sa mort ; je m’en souviens parfaitement. Il connaissait bien mon grand-père Robert SCHANDELER, Ingénieur Divisionnaire de l’Equipement (père de mon père Pierre), les familles HUCHER et BUSSY et notamment le père de ma grand-mère Gilberte SCHANDELER, née BUSSY, qui était Directeur de la Préfecture de la Marne, après avoir été Secrétaire de la Sous-Préfecture de Sainte-Ménehould.
---------J’ai envoyé une photocopie de l’article MARGAINE à mon oncle Marcel MARGAINE à Montigny-lès-Metz, ainsi que la photocopie de l’abonnement.
---------Félicitations à tous et merci pour tout ce que vous faites.


Yves SCHANDELER, St Paul les Dax

---------

°
° °



---------Je vous adresse le petit compte-rendu écrit par ma petite fille, Clémentine, 8 ans et demi, élève de CE2. Elle a assisté à la tempête à Sainte-Ménehould et, très traumatisée par ce qu’elle avait vu, elle avait noté ses impressions le lendemain.
---------Au cours du 1er trimestre, a eu lieu un concours au niveau de toutes les écoles de Créteil, ayant comme sujet « un récit autobiographique ». Elle a donc repris ses notes sur la tempête. Son récit a été primé et sera publié dans le bulletin de Créteil.
---------Mais, comme les événements se sont passés à Sainte-Ménehould, nous avons pensé que vous pourriez éventuellement être intéressés pour votre petit journal.


Dr Arlette ARAV

---------

LA TEMPETE


---------Çà s’est passé un matin de décembre. Je me trouvais avec ma famille chez mes grands-parents. On s’est levé et la fameuse tempête a commencé. Je voyais les arbres tomber. Ma grand-tante et moi étions les plus effrayées. Les arbres tombaient un à un. Tout d’un coup, j’entends un gros craquement : deux arbres du petit bois de mon papi tombent. C’est vraiment effrayant. Je vais à la cuisine pour regarder du côté de la rue. Horreur ! Plus de lumière ! Je vais tout de suite prévenir ma famille. Je vois de plus en plus d’arbres par terre. Je regarde chez les voisins : beaucoup d’arbres sont par terre. Tout d’un coup, je dis à maman :
---------«  Maman, regarde le sapin des voisins tient sur quelques branches du bouleau ! »
---------Ma mamie regarde le (premier) jardin et dit :
---------« Si on n’avait pas coupé le cèdre, il aurait fait des dégâts ! »
---------Dans ma tête, je me dis : « Il aurait fait des dégâts, mais c’est quand même le plus grand arbre de la ville ! »
---------La tempête s’arrête enfin. Je reste collée devant la porte-fenêtre. Au bout de quelques minutes, je dis : « Maman, est-ce que je peux sortir ? »
---------Elle m’y autorise. Je sors et je vois que tous les arbres sont par terre et je pleure. Tout le monde sort, tout le monde va chez tout le monde. Ma famille et moi allons chez CHARDEVILLE qui avaient leur petite fille avec eux. Ils avaient aussi beaucoup de sapins. D’ailleurs, je crois bien qu’ils n’avaient que cette sorte d’arbre. Je suis restée trois heures chez eux avec ma copine. On ne parlait presque pas, on était terrifiées. Je rentre chez moi. Il faut dormir. Je tremble comme un tremblement de terre, je suis terrifiée.

Clémentine WIESHOFER

---------

PLAISIR DE LA LECTURE
Livres d’hier et d’aujourd’hui
BOUQUINERIE DE L’ARGONNE
51800 HANS
Tél/fax : 03 26 60 29 67


Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould