Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

NAPOLEON III A SAINTE-MENEHOULD

vendredi 28 décembre 2001


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF



---------Monsieur le Président,
---------Organe du conseil municipal, interprète des sentiments de tous, nous venons vous offrir nos hommages et vous donner l’assurance que vous avez toutes nos sympathies. A l’empressement que mettent nos populations à venir saluer votre passage, vous ne pouvez douter de leur dévouement.
---------Tous, nous sommes heureux de pouvoir témoigner au premier magistrat de la République notre profonde reconnaissance pour les services qu’il a rendus à la patrie, en faisant triompher les principes réparateurs contre les idées subversives qui devaient la déchirer.
---------Monsieur le Président, vous avez rétabli l’ordre, vous saurez lui donner de la stabilité. Pour l’accomplissement d’une si belle, d’une si grande œuvre, notre concours vous est assuré. Vive le Président !

---------Monsieur le Président a répondu qu’il était heureux des témoignages de sympathie que la ville lui donnait et qu’il comptait sur le concours de la population pour l’achèvement de l’œuvre qu’il avait entreprise. Monsieur BANCELIN, membre du conseil municipal, ancien militaire de l’Empire, s’est aussitôt avancé et lui a adressé les paroles suivantes :
---------Monsieur le Président,
---------Je suis soldat de l’Empire ; j’ai combattu avec honneur dans ces grandes batailles qui ont immortalisé l’Empereur, dont nous chérissons la mémoire. Je porte dans mon cœur la conviction de mériter la décoration des braves. Je vous prie, Monsieur le Président, de me l’accorder ; ce sera le plus beau jour d’une vie que j’ai consacrée à la prospérité et à la gloire de la patrie.
---------« Envoyez-moi vos états de service, lui a répondu M. BONAPARTE et le ministre de la guerre en fera un rapport ».
---------Ensuite, les membres du tribunal ont été introduits et Monsieur COLLIN, leur Président, a adressé une allocution dont nous n’avons pu entendre que quelques passages, tant la foule qui se pressait à l’entrée de la salle faisait de bruit et se poussait tumultueusement ; nous avons cependant cru comprendre que Monsieur COLLIN, après quelques paroles d’éloges pour les services rendus à la société par Monsieur le Président de la République, aurait dit que la magistrature était aussi la sauvegarde de la société, elle qui rendait la justice et faisait respecter les lois ; puis, il aurait terminé son allocution en disant :
---------« Aux portes de la Champagne, Monsieur le Président, il y a de bons citoyens, de braves soldats qui ne vous refuseront pas leur concours pour la défense de la patrie et de ses éléments constitutifs, la religion, la famille et la propriété ».
Le Président lui a répondu :
---------« Si aux portes de la Champagne il y a de bons citoyens, de braves soldats qui sont tout disposés à faire respecter les lois du pays tout en rendant la justice, etc… et quelques autres paroles analogues dont nous n’avons pu saisir la portée.
Monsieur le curé de Sainte-Ménehould, à la tête du clergé de l’arrondissement, s’est ensuite approché et a adressé au Président ces paroles :
---------« Monsieur le Président,
C’est de bien bon cœur que, mêlant ma voix à celle de nos vénérables magistrats, je vous offre, au nom du clergé de l’arrondissement de Sainte-Ménehould, le témoignage de notre commune reconnaissance. La tâche que vous avez entreprise, Monsieur le Président, est difficile, mais elle est digne d’une sainte ambition.
---------Faire fleurir la religion, et avec elle la justice, qui élève les nations, tel a été le but de vos vœux, but admirable et vers lequel doivent tendre tous ceux qui portent un cœur honnête et ami de leur pays. Aussi, Monsieur le Président, nous unissons nos efforts aux vôtres, aux efforts de ceux qui vous secondent ; nous semons sans cesse les principes qui, seuls, forment les âmes droites et larges par le dévouement chrétien. Nous faisons plus, Monsieur le Président, hommes de Dieu et par état voués à la prière, nous le prions de bénir le libérateur de Pie IX, le protecteur de la famille, de l’aider dans ses œuvres, de bénir aussi notre France, que, comme nous, il aime d’un amour de jalousie et de le rendre heureux du bonheur qu’il lui aura donné ».
---------N.L. BONAPARTE lui a répondu à peu près ces termes :
---------« Je vous remercie, Monsieur le curé, des bonnes choses que vous me dites ; il faut faire fleurir les principes qui sont le fondement et la vie des nations et je compte que les prières que vous adresserez au ciel m’aideront dans ce but que je me propose, etc… »

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould