Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

L’ARGONNE DANS LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Souvenirs de Marc HUSSENET (suite)

mercredi 26 décembre 2001, par Marc Hussenet


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF



SOUVENIRS D’HIVER BLANC


---------L’hiver a été rude. En février 1941, une épaisse couche de neige recouvre le sol. Le commandant remonte à pied la côte de la Perrière pour regagner son P.C. Il glisse et tombe sur son arrière-train. Deux jeunes filles du quartier, rentrant aussi chez elles, s’esclaffent, ce qui rend l’Allemand furieux.
---------Arrivé à son P.C., il envoie chercher le maire et lui ordonne de faire balayer la neige le soir même, sinon il sera emprisonné ! Mon père répond : « En prison ? Tout de suite ! » Le capitaine rit bruyamment et traduit la réponse à son chef qui ne peut s’empêcher de sourire mais réitère sa menace. La nuit commence à tomber, on verra demain…
---------Mais le lendemain, au lever du jour, je suis réveillé par des chocs violents contre la porte d’entrée. Mon père s’habille sommairement et ouvre la porte. Dehors, six soldats allemands en armes et un Feldwebel sont là et celui-ci, dans un français approximatif, lui dit : « Le commandant ordonne à tous les habitants de balayer la neige pour déblayer la route ». Mon père demande quelques minutes pour finir de se vêtir et sort. J’observe la scène : le chef donne l’ordre à tous ses hommes de réveiller tous les habitants. A cet effet, trois soldats de chaque côté de la rue frappent à coups de crosses la porte de chaque maison. Des fenêtres s’ouvrent pour voir et comprendre ce qui se passe. Mon père les en informe et quelques minutes plus tard, munis de pelles et de balais, tous raclent et déblaient. Maurice LEQUERME, le caïd, ne ménage pas sa peine. J’en conserve le souvenir amusé.
---------Dès que nos occupants sont dans la rue Montier, continuant leur réveil en fanfare de tous les habitants, je rentre à la maison. Mon balai de cantonnier a fait le plus gros du travail.

°
°°




Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould