Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

L’AFFAIRE COCHARD

lundi 17 décembre 2001


Enregistrer au format PDF :Version Pdf


Version imprimable de cet article Version imprimable **



---------Sur une croix plantée au bord de la route qui relie Passavant à Brizeaux, on peut lire : « A la mémoire de Charles Hippolyte COCHARD, assassiné en cet endroit le 16.12.1889, dans sa 56ème année ». Le « Journal de la Marne » du samedi 21.12.1889 relate les faits :
---------« Lundi soir, un négociant de Sainte-Ménehould apercevait un cadavre étendu sur la route, à deux kilomètres de Passavant. Aidé d’une autre personne, il s’empressait de transporter le corps dans cette commune, où il était reconnu pour être celui du sieur COCHARD Hippolyte, marchand fruiter à Passavant.
---------On crut d’abord que COCHARD avait été écrasé par la voiture qu’il conduisait. Mais les blessures qu’il portait, ainsi que la disparition de sa montre et de son porte-monnaie, indiquaient qu’il avait été victime d’un meurtre, suivi d’un vol.
---------On soupçonna de ce crime des vanniers ambulants qui avaient été vus à Passavant dans la journée. Comme on savait la direction qu’ils avaient prise, ils furent arrêtés par la Gendarmerie, les uns à Brizeaux, les autres à Beaulieu. On trouva sur eux le couteau et le porte-monnaie de COCHARD.
---------Les misérables, après avoir assommé leur victime à coups de couteau, avaient imaginé, dit-on, de faire passer sur lui la roue de sa voiture, pour faire croire à un accident. Ils sont au nombre de douze : trois hommes, trois femmes et six enfants. Ils sont en ce moment écroués à la prison de Sainte-Ménehould »
.

---------Sont-ils les vrais coupables ? Faute d’avoir, jusqu’ici, trouvé trace de leur jugement, laissons leur le bénéfice du doute …

Répondre à cet article


-Nombre de fois où cet article a été vu -
- -