Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

Autour don fu.

dimanche 27 juin 2010


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


Autour don fu.

- Oh ! Noémi ? qui fait fraid, j’sû agealé ; j’viens un peu causè avo ti, y fait toujou bon assi ti. – Mais ti Adèle, t’és toujou un vrai fu d’femme veuve, t’ée bié trop pêu d’bruler tou boû qui cout’ si chièr’. – Nennie ma fois, mais mon boû est tortous trempé, y n’brul’ mi bié, quand n’i pu d’houme et qui faut s’fair’ aidié, ça n’vam’ et avo tourtout’ leû machines qu’il avon astêur, y n’om le temps ; que cée le m’nuisier, l’cordonii ou bié les autres y dison toujou oui. Oh ! cês mâtins là y son toujou d’avo vous mè un an passé on est toujou à les attende, pourtant on n’demand’ mi meu que d’paîie et les gens disié : « c’est le siècle d’la vitesse. » !

- A mais dis don Noémie, ça choum’ bon assit i, da ton pot ! – Oh ! vieille ficelle tu hum’ bié ; g’ni un pau d’lard maig’, que j’a copé assez grou, coum’ çà j’a n’ara aco pou’ l’déjeuner d’au mâtin ; asteur y ni connaissou pu rié, y faison des piot’ platset y s’plaindons que leu foie est malad’. – Ti… t’es aussi dur pou les autres que pour ti, sit’avou’ d’bounes aigreurs et d’grousses crampes, t’a frou d’bel’ et geign’rou bié.
- On n’im’ aco vu l’Angelin’ ; ell’ doit iet’ partie aidié sa bru. – Si c’était mi, j’ni véroum’, sa bru n’arrêt’ mi d’li casser don suc’ su l’doû, çeuma quan’y faut gardié les afans ; la bru li dit in là, quan iest-ce qu’u v’anrez ! pou çà, elle n’ voua bié.
- Si tourtou les gens étié aussi méchant qu’ti y n’aron pu d’ch’eux su la têt, il s’aron tourtous chauves et pourtant on y bié b’soin les uns des autres."
- Atchoum ! atchum !, - Adèle, t’vas t’amâch’né ; j’allons prenre une piot goutte ou si t’veux un brulot pou tieu l’microb’. Avo tou leû gdrog’s, leû pastill’ et pi aco les piqures… y disou qu’a l’Augustine on a ni tant fait quelle’ y la fesse comme un’ passette. La pove, elle y aco bié busoin dans ctu maison là. Tiens ! qui c’est c’tula qui passé, r’béyi don ! « Mais, c’est nout’maire ! » – Mais là, y sont toujou par monts et par vaux. – Tu crè, t’es bié aisié à dir’, si t’voyou les paprasses qu’ni anue, tié quan j’a ieû ma r’trait’, que d’mau pou degmèler tourtou les papiers, bien a fait qu’il était tou là, n’a ni ieu à remplir des feuilles et des feuilles et des grandes et y fallu qui r’lisié deux ou tré fois pou vouar c’qui fallait répondre.
- Faut bié qui s’débrouillii pour les autres ; ni bié les conseillers, pa’ d’vant in n’disons rié, mais pa’ dérièr’ y dison. – T’ée bié faire ! , on n’fait rié. – Mais pisqui son si malin, y n’avon qu’a prenre la place et on vouari un pau. – C’est bié vrai c’nem’ aisié anue, mais y pourriez peu’être en fair’ autant. – Tai tu don ! la commune, l’gouvernement, la France y faurai’ qui donni tourtou, mais la commune, l’gouvernement, la France : c’est tourtou les gens ; asteur on n’veû pu s’gener, ni s’dévouer pou la société, Ti la pemièr’… - Oh ! Noémie, t’i va four, en v’la assez avo tes grands mots, aco un pau tu m’insulterais. – T’a raison Adèle, la vie en société d’viens de pu en pu malaisi et si çeuma on en mettè un pau don sien, cr’m’, çà n’ver’m’ pu mal.
- La vie est si drôle anue qu’é vie, qu’é vie ; N’anie qui geignon toujou, enviant l’bonheur des autres sans connaît’ leû soucis. L’envie, la jalousté pourri tourtou et en jalousant on ne pu vouar son bonheur. Nous les poves vieux, on n’im’ étié choyé comme les jounes d’anue. – T’ée raison Adèle puque n’a n’avon, puque qui n’en voulons, mais y voulons quan’ çà leû plai’, mais… bié mieux aco, quan çà les arranch’. Avo çà c’est la mourt d’nos vilaches qu’on déjà bien d’au mau d’t’ni et les villes qu’attiront la jeunesse.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould