Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

PERSONNAGES CELEBRES

TIRLET Louis

Lieutenant Général et Vicomte de 1771 à 1841.

mardi 23 juin 1998, par Xavier David


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


           Est né à MOIREMONT, le 14 mars 1771. Ses parents vinrent s’installer dans ce village pour entrer au service de l’abbaye bénédictine établie dans cette localité depuis 707, sous le nom de MAURIMONS (déformé ensuite en Moiremont). TIRLET eut deux soeurs ; l’aînée Jeanne-Marie, née en 1772 épousa le maréchal ferrant Pierre PERRIN. La seconde sœur, Anne-Jeanne-Victoire, née beaucoup plus tard, en 1794, épousa un cultivateur de COURTEMONT, Jean-Gabriel LORETTE, qui s’établit à Moiremont. Le jeune TIRLET reçut une excellente instruction par un bénédictin de l’Abbaye, étudia le latin, le français et les mathématiques, matières fort utiles au futur élève de l’école d’artillerie de CHALONS.

           Le 1er septembre 1792, il s’engagea au 98ème régiment d’infanterie et participa ainsi à la bataille de VALMY, le 20 septembre 1792 ; il devint ensuite capitaine, commandant de compagnie formé à l’armée de Sambre et Meuse. Il reçut sa première blessure à FLEURUS : au cours de son séjour dans l’armée du Rhin, sur l’injonction de KLEBER, il fit reconstruire le pont de NEUWIED incendié, en moins de trente heures. En avril 1798, KLEBER écrit à son ami le commandant TIRLET pour l’inviter à participer à l’expédition d’EGYPTE. TIRLET accepta et fut affecté au service des ponts de l’armée d’Orient. Il accompagna KLEBER sur le FRANKLIN et atterrit le 1er juillet 1798 sur la terre plate et sableuse d’EGYPTE.

           Il combattit, rentra en France en novembre 1801, fut nommé le 29 août 1803 Général de Brigade, puis participa à la bataille d’AUSTERLITZ et partit avec l’armée d’Italie. Au cours de cette campagne, il prit comme aide de camp, le Capitaine NACQUART, né le 21 décembre 1778 à VERRIERES ; ce dernier devait par la suite prendre du galon, terminer Maréchal de Corps avant de partir en retraite en 1848 et de revenir à SAINTE MENEHOULD où il mourut le 15 juillet 1865. A la fin de cette campagne, TIRLET se reposa quelques jours à ALBANO, non loin de PADOUE, avant de repartir à l’appel de NAPOLEON qui lui décerna le titre de Baron de l’Empire et lui attribuera, le 9 août 1809, la direction générale des ponts de l’artillerie du 11ème Corps de la grande armée.

           A l’âge de trente-huit ans, il épousa, le 2 janvier 1810, Catherine-Louise-Appoline PERIGON, née à Paris le 14 avril 1789, fille de Pierre PERIGON, avocat au Parlement, lui-même né à SAINTE MENEHOULD (1759). Outre ses frères et soeurs, était présente à ce mariage la jeune Caroline DUFAYS. Il dut repartir vite participer à l’armée d’Espagne et du Portugal, fut élevé au grade de Général de Division le 10 janvier 1813.

           Pendant la Restauration, Louis XVIII le nomma Inspecteur Général d’artillerie en juillet 1814, le fit grand officier de la Légion d’Honneur. De retour de l’île d’Elbe, Napoléon le pria de quitter Douai pour SAINTE MENEHOULD ; sa suspension fut levée en mai 1815. En 1821, TIRLET acquit devant Maître Claude HANNETEL, notaire royal à Ville-Sur-Tourbe, une propriété sise à Fontaine en Dormois.

           Il participa en 1823 à la campagne d’Espagne, puis Charles X le désigna pour assister à son sacre. En 1827, il fut élu député par le grand collège de la Marne. Il vota en 1830 l’adresse des deux cents, qui marquait la défiance de la Chambre vis-à-vis du Ministère. Le 30 avril 1836, il reçut, comme conseiller général d’arrondissement, le Roi Louis-Philippe, l’accompagna dans sa visite à cheval de Voilemont, Gizaucourt, Maupertuis, Dampierre et le champ de bataille de Valmy, avant de descendre vers 19 heures à Sainte Ménehould dans la maison qu’avait occupée DUMOURIEZ en 1792.

TIRLET fut élu député en 1831 et réélu en 1834. En 1840, il assista, par un            froid sibérien, au retour des cendres de l’Empereur. Il vota l’emprisonnement perpétuel du Prince Louis Napoléon, après sa tentative ratée de coup d’Etat. Il se retira ensuite sur ses terres où il décéda le 29 novembre 1841, après une maladie de trois jours. Une foule imposante assista aux obsèques du Lieutenant Général Vicomte TIRLET. Il fut inhumé à FONTAINE EN DORMOIS.

Bibliographie : LALLEMENT L. - Pages militaires de Moiremont - 1909

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould