Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

Récit de Monsieur Albert CHAMPION

Déporté n° 100 061

vendredi 19 juin 1998, par Patrick Desingly


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF



           Après avoir travaillé au moins dix heures par jour, on rentrait au camp pour la « soupe » puis à nouveau appel. On attendait avec impatience le repos mais, la nuit, on craignait le plus le froid et l’humidité : si notre veste n’était pas mouillée, on la conservait comme couverture, mais les kapos venaient dix minutes après l’extinction des feux et nous sortaient des châlits par les pieds, comme des paquets. Ils nous mettaient dans le fond du baraquement, placé sur un tabouret, et on recevait des coups de schlague. Chaque jour, sur quatre cents déportés par bloc, vingt à trente étaient passés à la schlague ...

           Le pire était les exécutions. Vers la fin, le 8 avril 1945, vingt- deux déportés ont été tués à Dautmergen plus un qui a été pendu, car il aurait dérobé un morceau de pain. Le responsable de ce massacre était le commandant Schwartz : je ne l’oublierai jamais.

La fin du cauchemar

           Nous avons été libérés le 29 avril 1945 à Allach par les Américains. Je ne pesais plus alors que 32 kg ... J’ai été rapatrié, avec Georges Thénot et Gilbert Vauquois, dans la presqu’île de Constance où j’ai repris quelques forces de sorte que j’ai atteint 36 kg.

           Ensuite, ce fut le départ pour Mulhouse puis le retour en train jusqu’à Châlons-sur-Marne ; un livreur de chez Monsieur Janin m’a emmené jusqu’à Sainte-Ménehould où il y avait un centre d’accueil chez Monsieur Landemann [1]. Monsieur Robert Lancelot [2], Maire de Ste Ménehould, m’a enfin transporté jusqu’à Clermont où je suis arrivé le 31 mai 1945.
           Georges Thénot et Gilbert Vauquois sont rentrés dans les 15 jours. »

20 août 1997




**********


LE SAVIEZ-VOUS ?

L’ENIGME DU JOUR


           Il s’agit de découvrir un prénom :
           « Tombé en Argonne, il ne put faire rouler la France comme le fit son frère. »
           Par tirage au sort, un auteur de réponse exacte envoyée à notre boîte postale gagnera un abonnement (4 numéros) pour une personne de son choix.
           Réponse dans le prochain numéro, rubrique « le saviez-vous ».


Notes

[1En fait, il s’agissait de la maison du prisonnier installée dans le magasin Nordemann, Rue Chanzy.

[2Robert Lancelot fut élu maire de Ste Ménehould en 1959.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould