Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

LA PAGE DU POETE

Pierre GAMIN, bourrelier.

lundi 26 octobre 1998, par Jean-Louis Pierre dit Méry


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF



           Pierre GAMIN, artisan bourrelier-matelassier, rue Florion, à l’enseigne caisson révélatrice de l’activité, est décédé brutalement au travail, dans son échoppe, le 7 avril 1969.
           Les chevaux ayant progressivement disparu de l’activité agricole, restaient les chevaux de selle, Pierre GAMIN s’était partiellement reconverti dans la réfection de fauteuils et la matelasserie.
           Il était une figure pittoresque et très sympathique dans la vie du quartier.
           Son atelier sentait bon le cuir frais, il était lieu de rencontre et de rires des gamins du quartier.
           Habile artisan, ses histoires nous enchantaient. Officier pompier, motivé, serviable, chaleureux avec tous ses voisins, il jouissait de l’estime de tous ses concitoyens.


LE RHABILLAGE ... LE BOURRELIER ...


Tire ... tire donc ...tire fort ... tire vite ... sur la fine ficelle ...
Elle brunit ... se raidit ... prend couleur caramel ...
La poix figée dans les replis d’un cuir ... Pierre Gamin ...
Préparait son fil de couture ... à chaque matin ...
Bourrelier ... durant deux jours ... pour le rhabillage ...
A la ferme contrôlait ... l’harnais des attelages.
Chaque année ainsi ... au début d’été ... brides ... croupières ...

Avaloirs ... sellettes ... guides ... colliers et ventrières ...
Passaient dans les mains expertes du gai bourrelier ...
Il cardait crin ... rembourrait sellettes et colliers ...
Trouait à l’emporte-pièce ... cousant ... nous fascinait ...
L’alène perçait ... dansaient les aiguilles qu’il tirait ...

En chantant ... blaguant ... perce ... tire dessous ... tire dessus ...
Vire-volte d’aiguilles ... belle couture ... la vitesse en plus ...
Amplitude et précision des gestes ... le fil roux ...
Accompagnait en larges arabesques ... le ballet fou ...
De chaque harnais vérifié ... le cuir à la suite ...
Etait trempé dans l’huile chaude ... mis à sécher ensuite.

Ainsi chaque année ... se répétait ... l’aventure ...
Images déjà loin ... d’une disparue conjoncture ...
Comme celles du charron ... qui ferrait les roues de bois ...
Du maréchal qui battait les fers ... tant de fois ...
Forges ... atteliers furent lieux de bruit ... de vie ... d’échanges ...
Souvenirs retrouvés ... qui nous reviennent ... par franges.


Photos : C. CAPPY


Répondre à cet article

3 Messages

  • Pierre GAMIN, bourrelier. 10 septembre 2012 20:30, par Pascal Joullin

    C’est super de voir et lire cet hommage à mon grand père,
    Merci beaucoup,Je ressens les mêmes émotions , l’odeur du cuir , ses outils,le sac d’école qu’il m’a fabriqué que j’ai gardé pendant des années !
    Aujourd’hui encore je pense à lui chaque fois que je passe devant son ex magasin .
    Je repense quant il disait que jamais l’homme n’irait sur la lune ! il ne l’as pas vu ! a quelques mois pres.
    Pascal Joullin

    repondre message

    • Informations Pierre GAMIN 17 novembre 2012 13:26, par David

      Bonjour Pascal,

      Je me permets de vous contacter, je fais partie d’une association historique sur la Grande Guerre. Nous retraçons le parcours de plusieurs Poilus. Nous sommes tombés sur votre grand père, Pierre Gamin (Né le 28 juin 1895 et décédé le 9 avril 1969). Il a servi notament à Gallipoli et à Salonique (Campagne d’Orient), je voudrais rentrer en contact avec vous.
      Merci de me contacter, voici mon mail : epfig@voila.fr
      Cordialement
      David

      repondre message

    • Pierre GAMIN, bourrelier. 14 août 2013 07:39, par gérard gamin

      Bonjour,

      Je m’appelle Gérard Gamin. Si tu es l’un des jumeaux de Jacqueline et Raymond, je suis le fils de Gabriel et donc ton cousin. Tout comme toi, mon premier cartable et été fabriqué par lui et je l’ai gardé très longtemps.
      Et tout comme toi j’ai trouvé super de lire cet hommage à notre grand-père avec tout ce que cela comporte et que tu décris si bien : l’odeur du cuir, les outils, etc... avec un souvenir particulier de la cardeuse quand il préparait un matelas.

      repondre message

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould