Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

L’instruction à Sainte-Ménehould.

vendredi 24 septembre 2010, par Jean-Claude Léger


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF



Extrait des minutes de la secrétairerie d’État :
Au Palais de St Cloud le 18 brumaire an 13


Napoléon, Empereur des Français
Sur les rapports des Ministres des finances et de l’intérieur,

Décrète ce qui suit
Article 1er


La commune de Sainte Manehould, département de la Marne, est autorisée à établir une école secondaire dans la partie des batimens des ci-devant Religieuses, située à l’Est, qui lui est concédée à cet effet, à la charge par elle de remplir les conditions prescrites par les arrêts du 30 frimaire an 11 et du 19 vendémiaire an 12.

Article 2


Cette partie de Bâtimens sera séparée de celle affectée au casernement de la Gendarmerie, par un mur qui sera élevé aux frais de la commune.

Article 3


Les Ministres des finances et de l’intérieur sont chargés de l’exécution du présent décret.

Signé Napoléon




Le 1er Empire fait apparaître une structure plus organisée pour la gestion administrative de l’enseignement. Un registre servant à l’inscription des délibérations du Bureau d’administration de « l’École Secondaire communale de la ville de Sainte Manehould » est ouvert le 19 nivôse an 13 (9 janvier 1805). Le bureau d’administration de l’école secondaire communale de la ville de Sainte-Menehould s’est réuni pour la première fois à la sous-préfecture. Il est composé de messieurs Drouët, sous-préfet, Président du Bureau, Villeneuve, maire, Margaine, commissaire du Gouvernement près le tribunal d’arrondissement, Manimin membres du conseil municipal et Gilson, juge de Paix du canton de Sainte Ménehould. Suite à divers motifs, les candidats proposés à l’enseignement de cette école secondaire ont dû être modifiés et les différentes attributions sont à savoir :
- Pour directeur Monsieur Claude Thiery, prêtre, lauréat de l’ancienne université de Paris et professeur de belles lettres dans une école secondaire à Paris. Il est chargé, en plus, d’être le professeur de troisième et quatrième classes de latin.
- Pour second professeur Monsieur Nicolas Jullequin chef et professeur de l’école secondaire actuellement établie à Sainte-Ménehould sera le professeur de cinquième et sixième des classes de mathématique.
- Le troisième professeur sera Monsieur Hugues Félicité Buirette pour les classes de cinquième et sixième de latin.
La nomination de ces messieurs a pour corollaire le traitement de ceux-ci. Les revenus et les biens attachés à l’école secondaire se composent des objets suivants :
- Un traitement alloué par la ville de Sainte-Ménehould de 600 F.
- Cinq septiers deux boisseaux de froment à prendre dans une ferme située à Chaudefontaine évalués à 100 F.
- Les cinq sixièmes de la briqueterie évalué à 500 F.
- La rétribution de cinquante élèves à trente-six francs ce qui fait un revenu de 1 800 F.
Le revenu global s’élève alors à 3 000 F. sur quoi il est distrait une somme de 300 F pour dépenses imprévues. Le traitement du directeur est établi à 1 100 F, les deux professeurs à chacun 800 F.

L’utilisation du bâtiment affecté en 1804 à l’école secondaire, avait un réel besoin d’aménagement afin de rendre celui-ci commode et propre à sa destination. C’est au début de 1807 la mise en place de Monsieur Buirette, professeur de l’école, nommé commissaire chargé de rédiger un rapport circonstancié sur l’état du bâtiment de cette école. Il dressa un aperçu des additions et changements qu’il convenait de faire, le rapport a été transmis au maire pour qu’il le soumette au conseil municipal. La ville fit exécuter les travaux pour une valeur d’un peu plus de 25 000 F, la réception des ouvrages fut acceptée par les architectes Poterlet et Durand.
A cette époque le directeur demande à l’administration de bien vouloir faire le choix d’un portier pour l’école. La proposition du directeur d’appeler à cette fonction un ancien militaire dont la moralité est parfaitement reconnue en la personne de Monsieur Larzillière est acceptée par les membres du bureau d’administration. L’organisation parfaitement définie, fut présentée le 10 juin 1807 à l’évêque de Meaux Mgr Pierre Paul Faudoas (1805-1819) qui approuva les statuts et le règlement de l’école.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould