Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

LA Page du Sourire

UN MORT VIVANT

Histoire vécue en Argonne marnaise , en 1887

vendredi 26 mars 1999


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


          Le 27 mai dernier, un homme, tout en larmes, faisait distribuer dans la commune de Florent-en-Argonne, les Avis Mortuaires suivants :

           - Monsieur et Madame la Marquise Rougeau de d’Oualson,
           - Messieurs les Vicomtes Adémar et Gaëtan Rougeau de d’Oualson,
           - Mademoiselle la Vicomtesse Valentine Rougeau de d’Oualson,
           - Monsieur le Chevalier et Madame Rougeau-Dulac,
           - Monsieur le Général Rougeau de Cassignac,
           - Monsieur Rougeau du Tilleul, gouverneur de la Martinique,
           - Monsieur de Castel-Rougeau, notaire à Paris,
           - Monsieur le Général Marquis de Saintonge-Rougeau, attaché militaire à l’Ambassade de France en Russie,
           - Monsieur Sidi ben Ahmed Ibrahim, Pacha Rougeau, aide de camp de son Altesse Royale Selim II, et leur famille, ainsi que ses nombreux amis,

          Ont la douleur de vous faire part de la perte cruelle qu’ils viennent d’éprouver en la personne de :

Monsieur Emile ROUGEAU
Comte de d’Oualson
Maréchal des Logis-Chef au 7ème Cuirassiers



          leur fils, frère, neveu, cousin et ami, décédé à Sainte-Ménehould, le 2 mai 1887, dans sa 22ème année, à la suite d’une chute de cheval ;
          et vous prient d’assister au service qui aura lieu le 27 mai 1887 à dix heures du matin, en l’église paroissiale de Sainte-Ménehould.
          Son corps sera ensuite transporté à la gare pour être dirigé sur La Nouvelle-Orléans (Amérique), où les obsèques auront lieu.
          Ce militaire avait légué, par testament, la somme de 30.000 Francs aux pauvres de Florent, pour perpétuer à jamais son souvenir dans le cœur de ceux qu’il aimait tant.
          L’assemblée mortuaire se réunira au Quartier, à neuf heures du matin.

                    Sainte-Ménehould, le 26 mai 1887

          Disons de suite que M. R....est un brave et aimable Maréchal des Logis-Chef du 7ème Cuirassiers, qui n’est ni Comte ni Marquis, mais qui n’en est pas moins, pour cela, un charmant et spirituel garçon qui a eu le talent de se concilier l’amitié de la plus grande partie des habitants de Florent qui l’aimaient beaucoup.

          A la nouvelle de la mort de ce jeune homme, le village de Florent, tout entier, fut dans la douleur : les hommes couraient çà et là en se serrant la main et en poussant de sourdes exclamations, les femmes noyaient de pleurs leur mouchoir de fine batiste et leur fichu de dentelles, les jeunes filles s’arrachaient les cheveux en signe de profond désespoir ...

          Devant cette incommensurable douleur, tout travail fut immédiatement suspendu, les becs de gaz de la commune furent allumés et couverts d’un crêpe, les cloches, mues par des mains aussi puissantes que désolées, se mirent à gémir le glas funèbre des morts.

          Puis, tout redevint calme, le pays se recueillait. Chacun était rentré chez soi pour se parer de ses plus sombres habits de deuil.
           A huit heures du matin, mus par une même pensée et sans pourtant qu’il y eût une entente préalable, un groupe assez nombreux se trouvait réuni sur le chemin qui conduit à Sainte-Ménehould.
          Là, un imposant cortège se forma, composé d’hommes en habit noir, de femmes en grand deuil et de jeunes filles en blanc portant d’énormes bouquets de même couleur destinés à couvrir le corbillard, les enfants, aussi, avaient voulu rendre un dernier hommage à celui qui devenait, en mourant, le père des pauvres, le bienfaiteur de la commune.
          Le départ s’effectua au milieu des pleurs et des sanglots.
          Une délégation de notables suivait, paraît-il, à distance, devisant sur les qualités et les vertus du défunt.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould