Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

LA PAGE DU POETE

ARGONNE

mercredi 24 mars 1999, par Monique Parmentier-Speck


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


          Argonne silencieuse, cachée et modeste,
          Qui parlera enfin de ta réelle beauté ?
          Il serait bien temps que ton cœur se manifeste !
          Allons, montre-toi donc dans ta simplicité.

          Sans sommets orgueilleux, sans vallées mystérieuses,
          Tes épaulements boisés, tes défilés secrets
          Sont oubliés des routes dévoreuses
          Et cachent des surprises au cœur de tes forêts.

          Voici la rencontre de ce chêne géant
          Qui domine ses frères de sa tête glorieuse.
          Là, c’est un miroir profond, celui d’un étang
          Qui renvoie le ciel dans son eau songeuse.

          Plus loin, une chapelle blanche aux angles vifs
          Perpétue encore la foi des moines-ermites.
          La lumière se prend dans les réseaux naïfs
          De ses vitraux multicolores et insolites.

          Tes rivières se bouclent et se faufilent,
          Se ramifient drôlement pour enlacer
          Les prés et les buttes en un réseau subtil,
          Avant de s’enfoncer dans le sous-bois secret.

          Tu n’as pas de villes nerveuses et hardies,
          Mais de grosses bourgades fleuries et cossues.
          Aussi quelques hameaux que la route oublie
          Et que caressent des lumières méconnues.

          Le bois de ta forêt, c’est toute ta fortune
          Charbonniers, verriers et faïenciers,
          Grâce à lui oeuvraient pour quelques thunes,
          Silencieux et fiers, au long de tes sentiers.

          Des Argonnais célèbres, on n’a que peu d’indices,
          Leur nom reste sans doute à l’ombre de tes futaies
          Mais quelle gloire rappellent les cicatrices
          Que laissèrent les guerres et leurs sombres plaies !

          Chère Argonne, loin des hauts lieux touristiques,
          Ta région mérite une halte, un séjour.
          Quittons l’autoroute ! Quelques heures rustiques
          Prouveront combien tu vaux le détour !

          Qu’importe la saison ! Marchons le nez au vent,
          Humons le souffle de ta vie, changeons de décor.
          Enivrons-nous de verdure, loin des chargements,
          Parcourons nos grands bois et perdons-y le Nord ...

          Quand le soleil déclinera, le soir venu,
          Avant que la forêt entière ne frissonne,
          Un dernier rayon oblique percera les fûts :
          Nous recevrons alors le baiser de l’Argonne ! ...



Réédition du livre « LES ENCRIERS GELES » de Bernard HENNIQUE


ou les souvenirs d’un adolescent au lycée de Châlons pendant l’occupation de 1940-45


          Bernard HENNIQUE, ancien journaliste à L’UNION, a pris des notes durant l’occupation de Châlons et notamment pendant sa scolarité au lycée, où l’encre gelait dans les encriers.
          Ce livre, publié il y a plus de 20 ans, était devenu introuvable. Il vient d’être réédité par La Bouquinerie de l’Argonne.
          Que le lecteur ne cherche pas dans ce livre un cours d’histoire. Il n’y trouvera que souvenirs, émotions, joies ou pleurs d’un jeune garçon face à la guerre, la qualité d’écriture du journaliste chroniqueur.

Ouvrage disponible à la BOUQUINERIE DE L’ARGONNE
51800 HANS

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould