Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

Elections municipales à Sainte Ménehould, les 8 et 15 mars 1959

mardi 28 août 2007, par François Duboisy


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


Dès l’automne 1958, on parlait beaucoup à Sainte Ménehould des élections municipales du printemps 1959. Avec plusieurs élus, des cadres, chefs d’entreprises, syndicalistes, commerçants se rencontraient, se préparaient, souhaitant qu’à cette occasion soit élu un conseil municipal ayant ambition et volonté de créer pour Ste Ménehould les conditions d’un renouveau… Etait d’abord envisagée une certaine industrialisation créatrice d’emploi, elle permettrait de fixer la population et donnerait les moyens d’améliorer les conditions de vie des habitants de Ste Ménehould et de sa région.
M. Buache, maire depuis la libération en 1945, avait conduit la reconstruction des quartiers détruits par la guerre, les ponts sur l’Aisne, l’école des garçons de la rue Camille Margaine, la voirie urbaine : rues et trottoirs, rétabli un grand lavoir près du pont Maurice Jaunet. A cette époque les lavoirs, très utilisés, avaient une grande importance, la révolution des machines à laver n’avait pas encore eu lieu… Avec le C.A. de l’hôpital, il avait agrandi l’établissement en le dotant d’une maternité… M Buache s’était beaucoup investi pour sa ville et désirait se retirer.

1- L’élaboration des listes.
Le dernier conseil municipal, élu en 1953, avait donné lieu à un partage des rôles : M. Buache, tête de liste d’une équipe classée à gauche, avait pour 1er adjoint Raymond Jacquier, tête de liste de droite et pour deuxième adjoint Henri Steffen, socialiste, membre de sa liste. Ce dernier avait été élu conseiller général du canton de Ste Ménehould en 1955 et il bénéficiait de beaucoup de considération dans notre cité.
Aussi, c’est autour de son nom que ceux qui voulaient expansion et renouveau pour notre ville se sont retrouvés, après avoir choisi celui qui pourrait devenir maire de notre commune, Robert Lancelot, responsable d’une entreprise de constructions métalliques et de chauffage central, président d’autre part de l’UMCI ( Union Ménéhildienne du Commerce et de l’Industrie). Cette liste d’Union pour l’Expansion de la Ville comprenait 7 conseillers sortants de la liste Buache : Mrs Henri Steffen, Lucien Dubois, Roland Hecquet, Georges Lavallée, Fernand Nordemann, Mme Poix-Daude, Mlle Jeanne Loriot, plus Georges Rogé, ancien conseiller, contremaître. J’étais le seul, Jean-Louis Méry, venant de la liste Jacquier à avoir rejoint le groupe.
La liste de 21 noms fut complétée avec Robert Lancelot par Pierre Noël, entrepreneur, Pérot Jacques, pharmacien, Marc Herrard, géomètre, Pierre Vauché, directeur d’école, Raymond Collin, directeur d’entreprise, Michel Guillain, chirurgien dentiste, Georges Swing, chef de groupe aux Ponts et Chaussées, Maurice Calmels, chef de service à l’Assemblée Nationale, Jean Péridon, opticien, Roger Burger, horloger, Abel Pascault, enseignant.
Aux élections précédentes chaque liste ne comportait que 20 noms, mais cette fois, en fonction du rapport de population, 1 siège avait été retiré à la section de la Grange aux Bois au profit de la section principale… Ce qui fit qu’au premier tour, les Grangeois en colère firent la grève des urnes. Aussi, un nombre insuffisant d’électeurs s’étant déplacé, le vote fut considéré comme nul en ce premier tour, pour la section de la Grange aux Bois.
Pour la section principale, une seconde liste s’était constituée, comprenant 7 conseillers sortants de la liste de droite, autour du Docteur Braun, conseiller sortant et Raymond Jacquier, adjoint sortant avec : Maurice Jaunet, Nicolas Jean, Charles André, Roger Lallement, Louis Vergne. Se sont joints à eux : Jean Depors, négociant, Marcel Guy, négociant, Jacques Hiébel, contremaître au Gaz de France, Mmes Marie-Odette Jacquesson et Thérèse Lambert, mères de famille, Edmond Lavaux, horloger, René Noël, chef d’équipe, Jean Obélianne, pâtissier, André Perrin, négociant, André Prin, pharmacien, Claude Roudier, garagiste, Gilbert Rouff, artisan serrurier, André Saunier, employé de commerce, Louis Weber, jardinier.

2- Les résultats de l’élection.
Le premier tour eut lieu le 8 mars 1959. La volonté d’ouverture manifestée sur les 2 listes, mettant en présence sur chacune des candidats aux opinions parfois différentes, créa un trouble parmi les électeurs ménéhildiens… malgré leur souci très affirmé de vouloir travailler ensemble. Aussi, il y eut un gros panachage et beaucoup de listes incomplètes, apportant même des voix à 48 noms de personnes non candidates. Il n’y eut que 7 candidats élus, dont 5 pour la liste Steffen : Henri Steffen, Jean-Louis Méry, Pierre Noël, Robert Lancelot, Jacques Pérot.
La liste Braun obtint deux élus : Paul Braun et Noël René. Raymond Jacquier se retrouvant loin derrière ne se représenta pas dans la section ménéhildienne pour le deuxième tour, mais il ira se présenter à la Gange aux Bois, son village d’origine, il y sera élu le 5 mars, avec Léon Ludot pour représenter les Grangeois au conseil municipal.
A Sainte Ménehould, entre les deux tours, il y eut une grande effervescence. Pour la liste Steffen, deux retraits : Georges Swing et Abel Pacault, les 14 restants se représentèrent. Sur la liste Braun, Le Dr André Queinnec , chirurgien de l’hôpital vint remplacer Raymond Jacquier. Se retirèrent par ailleurs : Roger Lallement, Edmond Lavaux, Claude Roudier, Jean Obélianne, Marie-Odette Jacquesson.
Mais, une nouvelle : une troisième liste se joint aux deux autres pour solliciter les suffrages des ménéhildiens, ajoutant au trouble et défavorisant surtout la liste Steffen. Conduite par le Dr Marcel Lombard , elle rassemblait surtout des candidats ayant obtenus quelques suffrages le 8 mars, avec la tête de liste : Mes Lucette Bancal et Marcelle Swing, Mrs Pierre Jacquesson, Emile Malglaive, Etienne Mahuet, Jean Taboureaux, Armand Pointud, Roland Develle, Robert Bister, Lucien Charlet, Henri-Jean Grabenstatter, Michel Livemont et Philippe Didier.
Comme dit plus haut, cette troisième liste provoqua un certain retournement de tendance : la liste Steffen eut 4 élus : Mrs Lucien Dubois, Marc Herrard, Pierre Vauché et Raymond Collin.
La liste Braun, 9 élus : Mrs André Queinnec, Maurice Jaunet, Jean Depors, Jacques Hiebel, André Perrin, Louis Vergne, Jean Nicolas, Marcel Guy et André Charles.
La liste Lombard, 1 élu : Marcel Lombard.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould