Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

Elections municipales à Sainte Ménehould, les 8 et 15 mars 1959

mardi 28 août 2007, par François Duboisy


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


QUELQUES REMARQUES.


L’intérêt pour cette élection.
Le taux de participation de 80% au premier tour et 81% au second traduit cet intérêt. Et c’est 57 ménéhildiens et ménéhildiennes qui ont sollicité les suffrages des électeurs !

Une élection au mérite.
Aujourd’hui, il suffit d’être sur la liste gagnante pour être élu conseiller municipal. L’élection d’un conseiller ne signifie pas pour autant que sa personne est appréciée pat la population. En 1959, il en est tout autrement. Il fallait tout, au moins au premier tour, qu’un électeur sur deux vous trouve digne et capable de ces fonctions. Aussi cela conférait une notoriété à l’élu. On savait qui était conseiller municipal et chaque membre de l’assemblée inspirait le respect, car il avait été choisi personnellement sur ses mérites pour gérer la ville.

Misogynie.
6 candidates sur 57. On est bien loin de la parité. Mais rappelons que le comité national de la résistance n’avait imposé le vote de femmes qu’en 1945
Si les hommes candidats figurent sur les listes avec leur nom et leur prénom, les candidates sont toujours précédées de Mme ou Mlle, et même pour l’un d’elles, on lui accole le prénom de son mari !

Et la politique dans tout cela ?
Le liste d’union pour l’expansion de la ville penchait très nettement à gauche, avec des candidats qui ne cachaient pas leur inclinaison pour ce côté (Steffen, Dubois, Lavalée, Nordemann, Péridon, Schwing, Vauché…) D’autres ne manifestaient pas de préférence ; amis au fil du temps, ils se sont découvert très attirés par l’autre côté. La dénomination de la liste montrait qu’elle n’était pas en rupture avec la gestion du maire radical sortant.
L’autre liste est très clairement estampillée droite et se présente pour un « renouveau ».

Et après ?
Nous sommes un an après l’avènement du général De Gaulle. Le nouveau maire va vite s’affirmer comme un gaulliste convaincu. Le conseil municipal, dans son ensemble va le suivre dans cette voie. Si bien qu’aux élections suivantes, les sortants se retrouveront sur une même liste de droite qui sera élue. Seul, Pierre Vauché ira sur la liste de gauche qui n’aura aucun élu.
Sainte-Ménehould, hier radicale-socialiste, était devenue gaulliste.



Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould