Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

A 2 Kilomètres de Sainte-Ménehould.

vendredi 25 juin 1999


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


DIALOGUE


- Te v’la maou bée ! d’a ouest dont que t’a va ?
- D’aouest que j’m’a va ? en v’la ine question ! ... R’beille dont da la coûte, tu n’voime tortout ces gens là comme y dévallons ? Eh ! Bié y faisont comme mi, y s’a n’allont à la ville pour voi la fête don quartier Chanzy. Ah ! pou ine belle fête, ça s’ri ine belle fête, d’aouest dont tu d’vié que t’ai l’air itonné comme ine pouille qui trouvé in coutiau ? ...
- Mi, je r’vié des Ardennes, y i un grand mois que j’sû parti, et je n’sais rié de rié ; déjà l’année passée y z’ont fait ine fête inlà à la ville et on z’y dit qu’çà ava été maou bée ! ...
- Oh ! à nue, ça s’ri enco bié pu bée ! Si t’avoû lu le porgramme, tu n’tanrai pu en place et tu dépêcheroûs d’aller cri tou fin linge et tou n’habit à mengï d’la châ pou v’ni avo nous ...
- Quoi don qui n’y ari d’si bée !
- Quoi don qui n’y ari ? N’y ari déjà ine revue don Comité d’honneur pa d’vée l’perron de l’Hôtel de Ville. Et peüe ïn grand concours de oitures et d’oiturettes décorées avo des bicéclètes qui march’ront en avant. Y s’avéront d’la place don marchï au bûre jusqu’à su la place de l’Hôtel de Ville à s’arr’tant au rond-point Chanzy ...
- Au rond-point Chanzy, quoi dont qu’c’est qu’ça ?
- Eh ! Bié, mou pouve laid, on oit bié qu’tai oublïï ta jographie ; tu n’counais sauma l’rond-point Chanzy ? ... En face La Librairie Catholique, à coûté d’la pâtiss’rie Brulfer et d’la formasserie Lelarbre ; in pau pu long que l’Lordemann et que l’Nestor Hucher.
- Ah ! Oui, j’ois bié, tout conte la maison don Sacré-Cœur, là où y n’ïï d’si belles cartes postales et in tas d’belles chouses qui n’ïï toujou inemasse de gens qui r’gardont aux furnêtes de la d’vanture.
- Là, y n’iari in tiosque d’aouest que les cûrassiers joueront pendant qu’les afants qui s’ront da les oitures s’foutront des bouquets pa la figure.
- Ah ! Oui j’sais bié, y z’appelont ça in massacre de fleurs ! ...
- Nenni, ça s’rime in massacre, n’y ari rié à massacrer, ça s’rit ine bâtaille ; quand y z’aront fini, y r’continuerons à marchié jusqu’à l’Hôtel de Ville où qui se r’battrons enco à cau d’bouquets et peuïe, qu’à y n’aront pu rié à s’avoyï, y dévalleront d’leu oiture pou aller cri leu prix.
- On leu baill’ri don des prix ?
- J’te crée et peuïe des bée aco !
- Y ari étou des courses de vélocipènes ; les c’teux qui vouront couri s’avéront d’la place de Guise, d’on coûté d’Chaudefontaine, lu Sougniat, lu Texas, lu ch’min d’Flora, la route de la Grangette, La Grange-aux-Bous, pou fini su la place de l’Hôtel de Ville.
- Eh ! Bié, j’aime meuïe pour z’eux qu’pour mi ... qu’à y z’arriveront, y s’ront tortout crantés et broyïs ... Et peuïe, quoi qui n’y après ?
- Ah, mon camarade ! Quoiqui n’iari ? ... N’iari d’tortou, des concerts da tous les coins, n’iari ine grand’fête foraine, des ch’vaux de boû, des coûmédies, des tirs aux fïns sûcre, des loteries, des dormeuses ...
- Ah ! N’iari des dormeuses !
- Ma foë, bié sûr, y n’yïmes sauma in quart d’heure que la Léancine qu’y r’vunait d’la ville, nous y dit qu’y n’iavait su la place in tas d’oitures ... y a n’ava quasima austant qu’à la fête à Flora ! ...
- Austant qu’à la fête à Flora ! ... Mazette, y s’mettont bié à la ville ... Y n’se r’fusont pu rié.
- Tortout c’la, c’est pou la vêprée, mais à la nue, ça s’ri aco bié pu bée, n’iari des irluminations, qu’on oiri pu clair qu’à plein meïdi, y ari ine grand’rutraite pa tortout les musiques assammblées et in bal avo pu d’cinquante musiciens à haut d’l’orcaisse et peuïe, je n’te dime aco tortout ...
- Oh ! Bé, si c’est inlà, j’m’va dipêchië, j’va dévaler brav’ma pa la p’tiote voïette et pi ju r’vanra vu r’trouver avo noute Marie et noute Léiontine et pi l’petiot a noute Félicie qui vanri avo sou frère ...
- Tu n’panraimes pas moins tortout les afants don apïs ? ... Surtout les afants d’la Félicie qui sont hodales comme des boucas verts et qui mangeont des assiettées qu’des chiés n’sauteriimes.
- Beyez don, les pouves afants, y n’ii rié d’si genntils, les pouves bénis don bon Dieu !
- Tu f’rai comme tu vourai, y va iètre biétou meïdi, j’voulons arriver pou l’coumaçema.

°
° °


- Marchez toujou, ju v’rattrapprâ !
- Dépêchan-nous Phrasie, j’n’avâmmmes besoin d’traînner c’tu véra là avo tortout sa marmaille.
- J’alleu tu l’dire, quoi don que j’de vienderié avo des purtentailles comme ces afants là qui n’férié que d’buriauder.
- Ine foë iarrivés, j’li frans bié la nique et j’arâ soin qui n’nous r’trouve mi.
- Et peuïe, y faurait tout l’ta païe pou z’aou !
- V’la meïdi qui soune, dépêchan-nous, Phrasie.
H.P.

Traduction ... /page 2



Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould