Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

DEUX DOCUMENTS DE DROUET, SOUS-PREFET DE SAINTE-MENEHOULD.

Document N°1

lundi 27 décembre 1999


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


C’est le 30 mars 1800 que Jean-Baptiste DROUET est nommé premier Sous-Préfet de Sainte-Ménehould, en résidence dans sa maison d’habitation, située au 73 de la rue Chanzy, comme le rappelle une plaque commémorative. Napoléon BONAPARTE a pris le pouvoir quatre mois plus tôt.

Les documents que nous publions datent de 1810. On est passé du Consulat à l’Empire, qui se trouve alors à son apogée. Napoléon domine l’Europe. En France, il décide tout et contrôle tout. Il ne tolère pas d’opposition. Aussi, veut-il un pouvoir centralisé, permettant d’imposer sa politique de modernisation autoritaire du pays. Préfets et Sous-Préfets sont des rouages importants de son dispositif. Ils doivent impulser une politique économique novatrice, mais aussi, bien tenir leur secteur et informer le pouvoir central de l’état de l’opinion (cette mission subsiste encore aujourd’hui).

Dans le premier tableau, il s’agit, à la demande du préfet, de recenser les notables de l’arrondissement. Nous voyons apparaître des noms qui ont quelques résonances pour les historiens locaux : BANCELIN, dont un descendant sera maire des Islettes, Jacques BERNARD, faïencier du Bois d’Epense, Claude BUIRETTE, l’historien de la cité, DELACROIX, l’oncle du peintre Eugène DELACROIX, Veuve DUVALK de Dampierre, dont le mari a été assassiné lors du retour de Varennes du Roi, GEANT, dont un descendant est encore aujourd’hui maire de Passavant, et combien d’autres noms qui, encore aujourd’hui, nous sont familiers : FORTIN, MARGAINE, VARIN ...

En ce qui concerne la moralité et l’opinion, DROUET se montre prudent. Peut-être utilise-t-il un langage codé. Ainsi, l’annotation « bonne » serait synonyme d’une certaine défiance et les gens sûrs ayant droit à l’ajout « dévoué à la dynastie ».
Ce document nous fournit bien des renseignements sur les professions embrassées par les garçons et la condition des jeunes filles.

Le second document explicite cette question. Il s’agit de répertorier tous les beaux partis de l’arrondissement, car Napoléon est un marieur. Il entend encadrer, diriger les esprits. Son but est de former des fonctionnaires et des officiers dociles et qualifiés. Il pense que le mariage les stabilise. Aussi, souhaite-t-il que son administration connaisse les riches héritières à marier, afin qu’elle puisse les rapprocher d’officiers ou de fonctionnaires qui veulent s’établir. Cette volonté de régenter, y compris la vie privée de son entourage, sera abandonnée dès que les revers, en 1812, obligeront l’Aigle à baisser la tête. On retrouvera dans cette liste des demoiselles qui figuraient dans le document précédent. On lira, avec une pointe d’ironie, la délicate description que DROUET fait de sa propre fille.



Arrondissement de Sainte-Ménehould
Département de la Marne

TABLEAU DES CHEFS DE FAMILLE
LES PLUS MARQUANTS DE L’ARRONDISSEMENT
DE SAINTE-MENEHOULD


BANCELIN Henry : Manufacturier de verre, au préalable marchand.
Revenu annuel : 6.000
Moralité et opinion : bonne, dévoué à la dynastie régnante.
8 enfants : 1 fille de 20 ans chez son père, 4 garçons âgés de 26-24-23 et 21 ans, au service dans le régiment de dragons, 1 garçon de 25 ans marchand de bois, un garçon de 18 ans à l’école impériale militaire, Un garçon de 17 ans élève en chirurgie.

BERNARD Jacques Henry : Manufacturier en fayence
Revenu annuel : 9.000
Mentalité et opinion : bonne, dévoué à la dynastie régnante
4 enfants : 3 filles de 17-11 et 6 ans chez les parents, 1 garçon de 13 ans à l’école secondaire
Observations : Par son industrie et son travail, il est parvenu à élever sa fortune au point où elle se trouve et a donné à la manufacture une extension.

BOULAND Jean-François : Docteur en médecine
Revenu annuel : 3.000
Mentalité et opinion : bonne, dévoué à la dynastie régnante
3 enfants : 1 garçon de 20 ans employé à l’armée d’Espagne en qualité d’officier de santé, 2 filles de 23 et 25 ans chez leurs parents.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould