Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

Sous forme de poésie ...

Salut, Pinard !

Texte de John Jussy

dimanche 16 décembre 2012, par Marc Leclerc


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF



Retrouvé par Jean Maigret, le bouquiniste de l’Argonne, dans l’almanach du combattant de l’année 1922, ce poème est écrit à la gloire du pinard, le vin rouge qui faisait le plaisir des Poilus. Et comme le dit l’auteur Marc Leclerc, ce pinard rapporté par un permissionnaire faisait revivre aux poilus le « petit patelin, la petite maison et la douce promise en coiffé de lin… ». De plus, l’auteur utilise le langage courant, parfois en patois comme pour ce vers : « c’est tout l’pays qui vit en toé… ».


Salut, pinard, vrai sang d’la Terre :
Tu réchauff’ et tu rafraichis,
Grand Elixir du militaire !
Plus ça va, et plus j’réfléchis
Qu’si tu n’existais pas, en somme,
Y’aurait fallu t’inventer :
« Ya plus d’pinard, y a plus d’bonhommes ! »
C’est l’nouveau cri d’l’humanité…
T’es à la fois plaisir et r’mède,
Et quand t’es là, on s’sent veinard ;
Tu nous consol’ et tu nous aides :
Salut, Pinard !

 
Salut, Pinard, pur jus des treilles,
Dont un permissionnair’, quéqu’foès,
Nous rapporte eune ou deux bouteilles ;
C’est tout l’Pays qui r’vit en toé :
Dès qu’on a bu les premièr’gouttes,
Chaqu’ein r’trouve en soé son pat’lin :
La p’tit maison et la grand’route…
La douc’ promise en coiffe d’lin…
L’ein r’voét les p’tits, l’aut’ la vieill’ mère
Qui tremblait tant l’jour du Départ…
Et l’on s’sent chaud sous les paupières…
Salut, Pinard !



Salut, Pinard de l’Intendance,
Qu’as« l’goût d’trop peu, ou l’goût de rin »,
Sauf les jours où t’aurais tendance
A puer l’phénol ou ben l’purin…
Y a m’eim des foés qu’tu sens l’pétrole !...
T’es troubl’, t’es louche, et t’es vaseux ;
Tu vaux pas mieux qu’ta sœur la gnole :
C’est sûr coume ein et ein font deux,
Qu’les Riz-Pain-Sel, îs vous mélangent
Avec l’eau d’eun’ mare à cananrds…
Mais qué fair’ ?... la soèf nous démange :
Salut, Pinard

 


Salut, Pinard de la Victoire
Qu’on nous promettait d’puis si longtemps !
C’est donc maint’nant qu’on pourra t’boire ?
Ah ! jour de Dieu, c’qu’on est content !
Il faudra bien qu’ell’ s’accomplisse
Pour rendre enfin les Peupl’ heureux,
La grand’ Revanch’ de la Justice :
L’jour où l’on clouera Guillaum’ Deux
Avec son Kron dans la meim’ bière,
Les Alliés boéront à plein quarts
Ni eau, ni thé, ni cidr’, ni bière !
Ren qu’du Pinard !



Salut, Pinard de contrebande
Qu’ein gâs mariolle et dégourdi,
Ben qu’d’ici la distanc’ séy’ grande,
Vint d’rapporter d’chez l’mercanti :
T’as tellement battu la campagne
Et baratté dans les bidons,
Qu’ça t’rend mousseux comm’ du champagne...
Comm’ça, ceuss là qu’ont d’l’illusion
Pourront s’figurer qu’îs gueul’ tonnent
Avec des truff’ et du homard…
(Quand on rêv’, pus rin n’vous étonne)
Salut, Pinard !

 


Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould