Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

La page du poète

Toast en vers ou une page d’histoire de la pastillerie Géraudel.

dimanche 24 mars 2013, par Nicole Gérardot


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF



Certes, Monsieur Hecquet, on devait bien ce grade
Au collaborateur dévoué, courageux,
Et d’une rare intelligence que vous fûtes
Pour Monsieur Géraudel, qui, secondé par vous
Fonda non sans efforts et non sans âpres luttes
Une fortune utile et profitable à tous [2]
.
De cet homme au grand cœur la généreuse idée
Mutualiste vous avait pour confident [3]
Et la distinction qui vous est accordée
Le rend, soyez-en sûr, orgueilleux et content.

Elevé dans l’usine et la voulant prospère
Jamais votre labeur ne sut se marchander
Et si c’est votre honneur, ce dévouement au père,
C’est à l’honneur du fils d’avoir su le garder.
Or, cher Monsieur Hecquet, après l’intelligence
Le travail manuel a droit, en vérité,
D’être glorifié quand la persévérance
S’allie pendant trente ans à la fidélité.

Arsène Jacquesson qui, depuis trente années,
Consacre à la maison son travail manuel
Peut dire, en nous montrant ses rudes mains tannées,
« J’ai tenu là dedans, ça fait quelques poignées
Tout ce qui s’est fait de « Pastilles Géraudel » ! [4]

Jacquesson, permettez qu’à votre récompense
Applaudisse un poète ami du travailleur,
Le personnel chacun aura son tour, je pense
Sent qu’en votre personne il est mis à l’honneur.


Le personnel de l’usine.
Henri Hecquet et Arsène Jacquesson doivent être sur cette photo


Hélas ! Pourquoi faut-il que la triste pensée
D’un récent disparu [5] jette quelque sombreur
Dans votre esprit joyeux d’où n’est point effacée
L’image d’un ami : j’ai nommé Procureur,
Lassabe vous a fait son éloge suprême,
Et vous songez sans doute, en ce soir de gaîté,
A ce vieux vétéran dont quelque soir de même
Le ruban par vous tous aurait été fêté.

Je vous attriste. Allons ! Pour vous réchauffer l’âme,
Portons un toast vibrant. Buvons à l’unisson.
A vous, Monsieur Hecquet, sans oublier madame
A votre dame aussi comme à vous Jacquesson !
Et d’autres toasts seront portés, je m’imagine.
Je propose d’abord, qu’en dites-vous, Messieurs ?
De boire au personnel féminin de l’usine,

Braves petites mains, cœurs vaillants, et pardine
Ce qui ne gâte rien, jeunes et jolis yeux !



- - - - - - - - - - - - - - - - - -


- Pour compléter la lecture : Géraudel de Roger Berdold, François Stupp et M. Dubo


Notes

[2Arthur Géraudel avait créé le bois de l’Alleval, lieu de plaisance (voir article n°54.)

[3Arthur Géraudel était impliqué dans bon nombre d’associations de bienfaisance : caisse des écoles, société de secours et de retraite, bureau de bienfaisance, Croix rouge locale, etc…

[4La pastillerie a fabriqué en 1886 deux millions d’étuis de 72 pastilles, soit plus de quarante quatre millions de pastilles, et cela 2 ans avant la construction de l’usine.(Source Internet, société d’histoire de la pharmacie).

[5Il s’agit d’Arthur Géraudel dont les obsèques ont eu lieu en août 1906.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould