Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

La photo de classe

L’école des filles en 1942.

dimanche 29 septembre 2013


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


C’était pendant la guerre à l’époque où les « filles » réintégrèrent leur école, un bâtiment situé derrière la mairie (aujourd’hui Groupe Buirette).
Nicole Mayeux, 3ème sur la photo à gauche de la maîtresse, aujourd’hui l’épouse de Roger Charles, se souvient : « Depuis le début de la guerre, j’étais allée à l’école au musée et à la mairie, salle de justice ». Le bâtiment de l’école des filles avait en effet été endommagé au cours d’un bombardement et ce n’est qu’en cette année 1942 que les élèves allaient retrouver leur école.
Le « mur » aussi, car toutes les photos, même celles des garçons, étaient faites devant ce mur qui était d’ailleurs celui de la prison. Ne cherchons pas ce mur, il est parti avec la démolition de la prison dans les années 50.
Deux classes sont sur la photo : les « grandes » du Certificat d’études (en haut) de Mme Mangeot, et la classe qui précédait, celle de Mme Perrin, une classe où on avait le choix soit de se diriger vers ce Certificat d’études, soit de passer le DEPP (Diplôme d’Etudes Primaires Préparatoires) qui ouvrait la porte de la 6ème.
C’était l’époque où toutes les demoiselles ne portaient pas encore le pantalon, où le jour de repos était le jeudi. C’était l’époque douloureuse de la guerre, même si l’occupation de la ville par les troupes allemandes ne semble pas, à l’époque, avoir perturbé la scolarité des enfants. Sauf pour les petites corvées comme le ramassage des doryphores ; le jour du « plein air », le mercredi après-midi, munis d’une boîte, tous allaient (les garçons, Roger en est sûr, les filles peut-être), ramasser un à un les doryphores sur les fleurs des plants de pommes de terre, avant que les petites bestioles ne finissent dans les flammes.
Tous les noms ont pu être retrouvés, mais aujourd’hui Roger et Nicole connaissent plus les personnes sous leur nom de mariage.

De gauche à droite et de haut en bas : Jacqueline Jaunet- Josianne Valet-Yvonne Génin-Josette Costa-Paulette Lenté-Yvette Derot-Odette Mandin-Micheline Charton-Arlette Duboisy-Huguette Lefèvre-Andrée Guédet-Josianne Péréira-Madeleine Hauffard-Micheline Collin-Josianne Barborin-Josianne Carvalosa-Thérèse Galli-Ginette Jonvaux-Jeannine Georges-Colette Costa-Denise Gobillot-Yvette Vermonet-Monique Thomas-Claude Noizet-Elianne Hémart-Andrée Darbois-Odette Oudinet-Huguette Prodon- Alice Morel-Jeannine Taron-Josianne Lambert-Nicole Mayeux-Andrée Prévauteau-Colette Bavoilleau-Costa-Me Mangeot-Me Perrin- Andrée Noël-Pierrette Galli-Andrée Bartarélli-Claudette David-Nicole Jaunet-Thérèse Lallement.


Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould