Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

1914, il y a 100 ans, souvenons-nous.

mardi 24 juin 2014, par Dominique Delacour


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF




Après avoir combattu en Artois et à Verdun, Louis Barthas s’est retrouvé en Champagne en mai 1916, puis dans la Somme et à nouveau en Champagne. Dans le livre « Les carnets de guerre », près de 30 lieux et noms de villages de l’arrondissement de Sainte-Ménehould sont cités, la plupart du temps relatant un simple passage.
Par contre 5 étapes plus importantes l’ont amené à combattre au Trou Bricot, près de Perthes les Hurlus au mois d’août 1916, puis dans le secteur de la Main de Massiges, du 6 février au 2 mars 1917. Il a bénéficié de 9 jours de repos à Daucourt, du 22 au 30 mai 1917, puis s’est retrouvé dans un fortin à La Harazée du 30 mai au 19 novembre 1917 et a passé 10 jours à l’hôpital militaire d’Auve du 28 mars au 6 avril 1918 comme indiqué ci-avant. Le retour définitif de Louis Barthas à la vie civile n’interviendra que le 14 février 1919 après 54 mois de souffrances parfois au-delà de l’imaginable.

La Main de Massiges, photographie de Jean-Pierre Bonfort
Reconstitution du site par l’association de la Main de Massiges


Ces trois expositions sont visibles à la B.N.F., à Paris, à partir du 25 mars et jusqu’au 3 août pour « Eté < » et jusqu’au 24 août pour les deux autres expositions.


Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould